LIVE POLITIQUE – François Hollande donne sa première interview en tant qu'ex-président de la République et annonce un livre

LIVE POLITIQUE – François Hollande donne sa première interview en tant qu'ex-président de la République et annonce un livre
Élections Municipales 2020

J-3 – Les candidats aux élections législatives amorcent le dernier virage avant le premier tour dimanche. Alors que les derniers sondages prédisent un raz-de-marée de députés issus de la République en Marche, les opposants à Emmanuel Macron espèrent encore convaincre les électeurs de ne pas donner une majorité absolue au chef de l’État.

Live

#HOLLANDE

François Hollande a livré sa première interview en tant qu’ancien président de la République au quotidien La Montagne. Il confie notamment qu’il sortira prochainement un livre sur les leçons qu’il tire de son expérience à la tête de l’Etat. Il confirme également son souhait d’acquérir une maison à Tulle, en Corrèze. Interrogé sur son avenir, il se montre en revanche assez vague, se contentant d’évoquer "des voyages à l’étranger que je vais faire, les missions que sans doute je prendrai, nous verrons bien, et puis la réflexion que je vais mener parce qu’il y a quand même beaucoup à faire dans notre pays". Seule certitude pour l’heure, il va diriger la fondation « La France s’engage » dont la mission est de promouvoir des innovations sociales. Estimant "qu’un ancien président doit être encore au service de son pays", il indique vouloir mener une "action utile à la France".

#LE PEN

En déplacement à Calais, Marine Le Pen a jugé problématique l’hypothèse que son parti n’ait pas de groupe parlementaire à l'Assemblée nationale à l'issue des législatives. "Je n'ose imaginer que nous n'ayons pas de députés en nombre élevé", a lancé la présidente du FN, venue soutenir son proche conseiller et beau-frère, Philippe Olivier, candidat aux législatives dans cette 7e circonscription. "Si tel devait être le cas, si en ayant rassemblé plus d'un Français sur trois à la présidentielle (ndlr: 10,6 millions de voix au second tour sur 47 millions d'inscrits), nous n'avions pas de groupe parlementaire, par le jeu d'un système inique, ça serait pas le problème du FN (...) mais le problème de la démocratie dans notre pays", a-t-elle déclaré. Les sondages ne pronostiquent pas actuellement de manière sûre un groupe parlementaire, soit 15 députés, pour le FN.

#CAMBADÉLIS

Dimanche, lors du premier tour des législatives, ce sont 414 candidats qui se présenteront sous la bannièredu PS. Parmi eux, Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris depuis de 20 ans. Le premier secrétaire du Parti socialiste est en grande difficulté dans la 16e circonscription de Paris.

#ENVIRONNEMENT

Une semaine après l'appel d'Emmanuel Macron aux chercheurs et entrepreneurs étrangers à venir en France travailler sur le climat, l'Elysée a ouvert ce jeudi un site internet pour relayer son message. Mais sans annoncer de moyens nouveaux pour les attirer.

"Make our planet great again", le site de Macron pour attirer chercheurs et entrepreneurs sur le climat

#ESSONNE

INTERVIEW - Candidat du collectif 100% dans la 1ère circonscription de l'Essonne, Jacques Borie, ex du Parti radical de gauche et du Front de gauche, cherche sa place au soleil sur son territoire, phagocyté par la candidature d'un certain Manuel Valls. 

Jacques Borie, "titulaire" de Francis Lalanne à Evry : "Je viens pour gagner, sinon c'est pas la peine"

#MACRON

Emmanuel Macron a indiqué ce jeudi, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika, qu'il se rendrait en Algérie dans les prochaines semaines. Lors de cet entretien, le président a "souligné son attachement et sa volonté de construire un rapport d’amitié et de confiance avec l’Algérie, partenaire stratégique pour la France". Les deux dirigeants ont également fait le point sur le dossier libyen et le dossier sahélo-saharien et rappelé l'importance de leur coopération dans la lutte contre le terrorisme, fait savoir l'Elysée. Emmanuel Macron se rendra par ailleurs en visite officielle au Maroc les 14 et 15 juin pour rencontrer le roi Mohammed VI.

#TAQUINERIE

Alors que Gérard Collomb estime qu'Emmanuel Macron "a révolutionné le monde", le député PS Patrick Mennucci se demande si la clim' fonctionne toujours à Beauvau.

#MAJORITÉ ABSOLUE

Face à la dynamique de La République en marche dans les sondages, droite et gauche ont délaissé la promotion de leurs programmes pour alerter les électeurs sur le danger présumé d’une majorité écrasante au profit du chef de l’Etat. Un argument convaincant ?

"Assemblée monochrome" : une majorité absolue pour Macron serait-elle aussi dangereuse que l'affirment ses opposants ?

#DARMANIN

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, l'une des prises d'Emmanuel Macron dans le camp des Républicains (LR), accuse une partie de la droite de dériver "vers l'extrême droite" dans un entretien au Monde publié ce jeudi, en prenant Laurent Wauquiez pour cible prioritaire. "Ceux qui ont choisi d'être ministres d'un chef de gouvernement de droite (Edouard Philippe-NDLR) sont vus comme des traîtres", regrette le jeune ministre. "Mais quand M. Wauquiez annonce un meeting avec Sens commun, quand Marion Maréchal-Le Pen dit qu’elle peut travailler avec lui, quand une partie de la droite dérive vers l’extrême droite, il n’y aurait aucun problème. Moi je reste fidèle à mes convictions", ajoute-t-il. "M. Wauquiez a manifestement des accointances avec des thèses qui ne sont pas celles du gaullisme et de la démocratie chrétienne", poursuit Gérald Darmanin, qui avait soutenu - comme Laurent Wauquiez - Nicolas Sarkozy durant la primaire de la droite, l'an dernier.

#OBAMA

Boris Obama, un doctorant âgé de 29 ans, se présente dans la 3e circonscription de Côte-d'Or pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. S'il ne partage aucun lien de parenté avec l'ancien président des États-Unis, ce Dijonnais d'adoption compte surfer sur la capital sympathie de son homonyme.

VIDÉO - Affiches et slogan "Yes, we can" : quand (Boris) Obama fait campagne pour Mélenchon en Côte-d'Or

#LÉGISLATIVES

Depuis que Marine Le Pen a annoncé qu’elle serait candidate dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, cette dernière est devenue l’une des plus médiatiques de la campagne des législatives. Pourtant, face à elle, les douze autres candidats ont parfois du mal à exister. LCI les a interrogés pour savoir comment ils font campagne face à une telle candidate.

Législatives : comment faire campagne face à Marine Le Pen ? On a interrogé ses adversaires dans le Pas-de-Calais

#MÉLENCHON

Dans un entretien paru jeudi dans le magazine Society Jean-Luc Mélenchon estime que "la vraie violence" n'est pas dans la vigueur de ses propos mais dans la politique d’Emmanuel Macron. "Ces gens-là vous tuent le sourire aux lèvres. Il va nous infliger les ordonnances et envoyer les salariés au bagne dans deux mois en supprimant le code du travail. C'est ça la vraie violence !", déclare le chef de La France insoumise dans un entretien fleuve au magazine.

#FERRAND

Un reportage de BFMTV nous apprend que les Mutuelles de Bretagne, au cœur de l'enquête préliminaire relative à Richard Ferrand, ont bénéficié de subventions publiques entre 2011 et 2013 au profit des locaux loués par les Mutuelles à la compagne de l'actuel ministre. Mais ces subventions apportent-elles un éclairage nouveau dans l'affaire Ferrand ?

Subventions publiques aux Mutuelles de Bretagne : y a-t-il vraiment du nouveau dans l'affaire Ferrand ?

#PS

Le Parti socialiste a appelé La République en marche à "retirer immédiatement" l'investiture pour les élections législatives à certains candidats "mis en cause publiquement" pour leurs propos polémiques ou leur probité. Ces accusations ont été relayées par le journal en ligne Mediacités. Elles mettent notamment en cause Bruno Bonnell, qui se présente face à Najat Vallaud-Belkacem dans la 6e circonscription du Rhône, et qui aurait domicilié son entreprise dans le Delaware, reconnu comme un paradis fiscal, et aurait pratiqué l'optimisation fiscale en organisant son insolvabilité pour se soustraire aux impôts. Le PS a également évoqué les cas de Romain Grau, qui fait l'objet d'une enquête préliminaire, et de Véronique Avril, visée par une procédure pour avoir loué un appartement insalubre. 

#MODEM

Le 30 mai dernier, 19 élus de tous bords étaient visés par une enquête ouverte par le parquet de Paris pour des emplois présumés fictifs au Parlement européen. Selon les informations du Point, mercredi 7 juin, un signalement a été fait au parquet de Paris pour apporter des éléments concernant le MoDem. Un salarié du parti de François Bayrou et Marielle de Sarnez (mise en cause dans l’affaire révélée le 30 mai), affirme avoir été rémunéré en partie par des fonds européens alors qu’il avait été recruté pour travailler au sein du mouvement. Il aurait bénéficié de l’enveloppe allouée aux assistants parlementaires de Jean-Luc Bennahmias, alors qu’il n’a jamais travaillé pour ce dernier. 

#PHILIPPE

Le Premier ministre Edouard Philippe a adressé son soutien à Pierre-Yves Bournazel, candidat LR se revendiquant de la majorité présidentielle dans la 18e circonscription de Paris face à Myriam El Khomri, qui s'affirme elle aussi de la majorité présidentielle.

#LEFEBVRE

Frédéric Lefebvre, qui a annoncé ce matin son départ du parti Les Républicains, a déclaré sur LCI qu'il était peut-être le premier à le faire, mais qu'il ne serait pas le dernier. Il prédit de nombreux départs après les élections législatives.

#LÉGISLATIVES

50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés les dimanches 11 et 18 juin pour les élections législatives, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Les 50.000 policiers et gendarmes participeront avec des militaires de l'opération Sentinelle à la sécurisation d'environ 67.000 bureaux de vote.

#CAMBADÉLIS

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti socialiste, a averti ce matin sur RTL que "trop de pouvoir tue le pouvoir". Il a dit redouter une trop large majorité pour Emmanuel Macron. "Je le redoute parce que ça voudrait dire que nous aurons une Assemblée nationale qui votera au canon, qui sera une chambre d'enregistrement et il n'y aura pas d'opposition. A partir du moment où il n'y a pas d'opposition à l'Assemblée nationale, elle sera soit dans les médias, soit dans la rue."

#LARCHER

Gérard Larcher, président du Sénat, a estimé dans une interview au Parisien que si Emmanuel Macron bénéficie d'une large majorité à l'Assemblée, il "fera peut-être ce qu'il veut pendant un temps, mais le risque d'une colère dans la rue viendra très vite". "Il faut certes une majorité mais aussi une opposition parlementaire claire. S'il n'y a pas ces deux piliers, le risque est grand."

Redoublement, cours de soutien gratuit, semaine de quatre jours... le plan du ministre de l’Education contre l’échec scolaire

#LEFEBVRE

Frédéric Lefebvre, député LR, a annoncé ce matin sur franceinfo avoir pris la décision de quitter le parti. "C'est une décision que j'ai mûrement réfléchie, qui est à la fois douloureuse mais qui est en même temps libératrice." "Je ne supportais plus que les généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains parlent en mon nom" a-t-il justifié.

#HAMON

Alors que le PS s'apprête à vivre un échec aux législatives, Benoît Hamon appelle à "voter pour des députés de gauche". Sans eux, il estime que les problématiques de santé, d'éducation, de justice sociale, de lutte contre les discriminations seront en danger. "Sans députés de gauche on laissera un boulevard à des gens loins de préoccupations de ce pays."

#HAMON

Benoît Hamon s'est exprimé sur les réformes éducatives souhaitées par le nouveau ministre de l'Education nationale. "Sur l'aide aux devoirs et le maintien de la priorité au primaire je suis pour" dit le candidat aux législatives. Il reconnaît un bémol sur la lutte contre les inégalités : "cela demande des moyens qui ne seront pas au rendez-vous".

#HAMON

"Sur les questions sociales, Macron est régressif", estime Benoît Hamon, qui critique fortement le projet de réforme du code de travail souhaité par le gouvernement. "Les salariés ne seront pas gagnants. Il y aura peut-être moins de chômeurs mais les salariés seront plus pauvres. On appauvrit les salariés pour augmenter les embauches. C'est ce qu'il s'est passé en Allemagne, où 17% de la population vit sous le seuil de pauvreté."

#HAMON

Sur sa lourde défaite au premier tour de la présidentielle, Benoît Hamon déclare : "Nous arrivions au terme d'un quinquennat qui a épuisé notre électorat. Nous ne tenions pas nos engagements principaux. Quand vous vous déclarez socialiste, il faut être social. (...) Si ce quinquennat avait été un succès, François Hollande aurait été candidat à sa propos succession et Manuel Valls aurait remporté la primaire." Mais il a également reconnu avoir "une part de responsabilité".

#HAMON

Benoît Hamon dit être discret depuis la présidentielle car il n'est "pas le chef du Parti socialiste". "Mais je m'exprime sur les questions nationales quand je l'estime nécessaire" ajoute-t-il.

#HAMON

Benoît Hamon, ancien candidat socialiste à la présidentielle, est l'invité de LCI ce matin. 

Bonjour, bienvenue sur notre live politique. 

Nous sommes à trois jours du premier tour des élections législatives. Suivez avec nous la fin de la campagne.

A trois jours du premier tour des élections législatives, les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille. Alors que les partisans d’Emmanuel Macron espèrent obtenir une large majorité à l’Assemblée nationale, les opposants au chef de l’État vont tout faire pour l’en priver. Les candidats des différents partis de gauche ainsi que ceux du Front national vont poursuivre les hostilités contre le projet de réforme du Code du travail, présenté mardi par le Premier ministre Edouard Philippe. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Elections législatives 2017

L’ex-candidat à la présidentielle, Benoît Hamon, candidat aux législatives dans les Yvelines, sera l’invité de LCI à 8h15. Son parti, le PS, risque de connaître une hécatombe à l’Assemblée à l’issue de ce scrutin. Néanmoins, le socialiste espère conserver son siège de député pour structurer une opposition de gauche à la politique libérale d’Emmanuel Macron. De son côté, le chef de l’État, qui s’est très peu engagé dans cette campagne, recevra jeudi après-midi le Président de la République du Pérou, Pedro Pablo Kuczynski puis celui du Guatemala, Jimmy Morales. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent