LIVE POLITIQUE - Mélenchon dénonce les "côtés poutiniens" du "système Macron"

DirectLCI
DIRECT - Aussitôt rentré du G7, Macron poursuit son baptême diplomatique avec la venue de Poutine. Philippe reste quant à lui sur le dossier du Code du travail. Et pendant ce temps, les candidats aux législatives continuent de faire campagne. On vous fait vivre tout ça en direct.
Live

#SARNEZ


Le Parisien révéle ce lundi soir que la ministre chargée des Affaires européennes, Marielle de Sarnez, fait l'objet, avec 18 autres eurodéputés français, d'une enquête préliminaire ouverte en février dernier pour abus de confiance au préjudice du Parlement européen. Le quotidien explique que le FN est à l'origine de cette procédure, "copier-coller" de celle qui le vise dans l’affaire des emplois fictifs présumés de ses assistants d’eurodéputés. 


Voulant prouver que "plusieurs élus français au Parlement européen ont à leur service des assistants ayant par ailleurs des fonctions au sein de leur formation politique respective", l'eurodéputée frontiste Sophie Montel a en effet alerté la justice française et donné les noms de 19 eurodéputés. Dont celui de Marielle de Sarnez, donc, qui dément tout délit et assure avoir "toujours respecté le règlement du Parlement européen".

#MÉLENCHON


Quelques heures après la réception du président russe à Versailles, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé "les côtés poutiniens" d'Emmanuel Macron. "Le système Macron il a des côtés poutiniens, parce que ce sont les oligarques qui sont au pouvoir en France aussi", a-t-il estimé en marge de son meeting à Evry (Essonne). 


Parmi les "oligarques" dans son viseur, le chef du gouvernement Edouard Philippe, ancien cadre d'Areva qu'il désigne comme "l'ancien représentant du lobby du nucléaire". Mais aussi le directeur de cabinet du ministère du Travail, Antoine Foucher, ancien directeur adjoint du Medef, et Audrey Bourolleau,  conseillère agriculture à l'Elysée après avoir occupé un poste de lobbyiste pour l'industrie du vin.

#MÉLENCHON

Après la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé les "côtés poutiniens" du "système Macron", en dénonçant certaines nominations "d'oligarches" par le président français dans certains ministères ou cabinets. Il a placé au premier rang des "oligarches" dénoncés le Premier ministre Edouard Philippe, ancien cadre d'Areva qu'il désigne comme "l'ancien représentant du lobby nucléaire".

#MÉLENCHON

Jean-Luc Mélenchon est très actif sur le terrain depuis le début de la campagne des législatives. Ce soir, il est allé soutenir la candidate qui se présente face à Manuel Valls dans la 1ère circonscription de l'Essonne.

#LE PEN

Marine Le Pen a accusé dans un communiqué le parti LR d'être un "strapontin" pour La République en marche après les propos de François Baroin prônant un désistement en cas de victoire possible du FN. "En abandonnant ainsi le 'ni ni' pour une stratégie visant à faire élire le maximum de députés du parti En Marche, M. Baroin apporte une énième confirmation de ce que nous répétons depuis des semaines : LR n'est pas un parti d'opposition à Macron, c'est un strapontin à la majorité présidentielle."

#BAROIN

Le chef de file LR pour les législatives François Baroin a déclaré lundi qu'il était favorable aux désistements en cas de victoire possible du FN. "La position du mouvement elle est connue depuis toujours. Les gaullistes sont les adversaires historiques du FN et de l'extrême-droite" a expliqué le maire de Troyes. François Baroin a dit souhaiter qu'En marche et le Parti socialiste prennent les mêmes engagements. "Les désistements devront faire partie de l'entre-deux-tours des législatives."

#LR

Louis Cosyns, candidat Les Républicains aux législatives dans la 3e circonscription du Cher et impliqué dans un accident de la route mortel a annoncé sa décision de retirer sa candidature par "respect" pour la "famille endeuillée". 

#PS

Le Parti socialiste a dévoilé une liste de six porte-parole qui participeront à l'animation de la campagne des législatives. Il s'agit du conseiller régional d'Ile-de-France Julien Dray, du sénateur Luc Carvounas, de la présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen Christine Revault-d'Allonnes-Bonnefoy, de l'adjointe au maire de Strasbourg Anne-Pernelle Richardot, de la secrétaire nationale Isabelle This Saint-Jean et du premier fédéral du Val d'Oise Rachid Temal.

#MACRON #POUTINE

Une journaliste russe a demandé aux deux présidents s'ils avaient évoqué entre eux les accusations souvent faites à la Russie de s'ingérer dans les élections présidentielles : "Ce n'est pas une question que nous avons abordé. Le président français n'a marqué aucun intérêt, et moi encore moins" a répondu le président russe. Emmanuel Macron a lui répondu : "Je suis un pragmatique. On a évoqué les choses sur ce sujet-là lors de notre premier échange après ma victoire, il a dit ce qu'il avait à me dire. Ce qui compte c'est qu'on avance."

#MACRON #POUTINE

"J'ai rappelé l'importance pour la France du respect de toutes les personnes,  de toutes les sensibilités" a déclaré le président français. "Nous avons abordé le cas des personnes LGBT en Tchétchénie et des associations en Russie. Nous avons convenu d'avoir un suivi régulier sur ces sujets" a ajouté Emmanuel Macron. 

#MACRON #POUTINE

Emmanuel Macron explique qu'il a abordé tous les dossiers importants avec le président russe, notamment la Syrie : "Sur la Syrie, j'ai rappelé quelles étaient nos priorités. Je crois que sur ce dossier nous pourrons travailler ensemble dans les prochaines semaines." "La lutte contre Daech est le fil directeur de nos échanges" a ajouté le président français, qui a expliqué qu'il souhaitait encourager en Syrie "une transition démocratique en conservant l'Etat syrien". Il a aussi affirmé que la ligne rouge de la France était "l'utilisation d'armes chimiques par qui que ce soit". Il promet dans ce cas-là une "riposte immédiate de la part des Français".

#MACRON #POUTINE

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine donnent une conférence de presse commune depuis la galerie des glaces du château de Versailles. Suivez-là en direct sur LCI.

#CAZENEUVE

L'ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve est à Villeurbanne ce lundi, auprès de Najat Vallaud-Belkacem qui y est candidate pour les législatives.

#SONDAGE

Selon un sondage Harris Interactive, La République en marche arriverait en tête au premier tour des élections législatives avec 31% des intentions de vote.

Sondage législatives : la République (toujours) en marche vers le 1er tour

Sondage législatives : la République (toujours) en marche vers le 1er tour

#MACRON #POUTINE

Après que ses échanges de poignet avec Donald Trump ont retenu l'attention du monde, celle avec Vladimir Poutine était attendue (ou pas) : voici la poignée de mains entre Emmanuel Macron et son homologue russe.

#POUTINE #MACRON

Vous pouvez revivre, si le coeur vous en dit, l'arrivée du président russe à Versailles.

#POUTINE #MACRON

Vladimir Poutine est sorti de sa voiture et part à la rencontre d'Emmanuel Macron. Les deux hommes se serrent la main quelques secondes, sourire aux lèvres, adressent un petit geste aux journalistes et se dirigent vers le château. Un dernier regard aux observateurs et les deux hommes s'engouffrent.

#POUTINE #MACRON

La délégation russe fait son apparition dans le cadre somptueux du château de Versailles. 

#POUTINE #MACRON

Emmanuel Macron est arrivé au château de Versailles.

#THÉVENOUD

En août 2014, il avait été nommé secrétaire d'Etat dans le gouvernement Valls, avant d'en démissionner neuf jours plus tard, après que Mediapart a révélé qu'il ne déclarait ni ne payait ses impôts depuis des années. A quoi l'intéressé avait répondu qu'il souffrait de "phobie administrative", un concept qui fera date dans l'histoire du quinquennat de François Hollande.

#FISC

L'ancien secrétaire d'Etat Thomas Thévenoud, membre d'un gouvernement le plus éphémère de la Ve République, a été condamné à trois mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité.

#LÉGISLATIVES

Le Monde fait état d'une difficile campagne pour Marielle de Sarnez, ministre des Affaires européennes imposée par le Modem dans la 11e circonscription de Paris. Si bien qu'une candidature dissidente est née du côté de la République en marche et que la ministre voit s'approcher le risque d'une défaite aux législatives.

#POUTINE #MACRON

Le président russe doit arriver d'une minute à l'autre au château de Versailles. Au menu des discussions entre l'homme fort du Kremlin et Emmanuel Macron : les relations franco-russes, l'avenir de l'UE, la lutte antiterroriste et les crises internatinoales, de la Corée du Nord à l'Ukraine en passant par la Syrie.

#FERRAND 

Parmi les acteurs du dossier interrogés par le quotidien breton, l'actuelle directrice générale, qui témoigne d'un point soulevé par Me Castel, l'ex-bâtonnier de Brest. Dans le cas d'un possible conflit d'intérêts dans le cadre d'une convention signée par la mutuelle, doit être rédigé un "rapport spécial" nécessairement remis à l'assemblée générale de la mutuelle qui doit décider d'approuver ou non la décision. 


Dans le cas présent, pas de rapport spécial, mais là encore, tout est prévu, puisqu'il est possible de s'en passer, à deux conditions : que le prix de vente ne soit pas supérieur à celui du marché ; que la personne sous le coup d'un conflit d'intérêt n'ait pas de lien juridique avec le tiers. Or, Richard Ferrand et Sandrine Doucen, bien qu'en couple, ne sont ni mariés, ni pacsés...

#FERRAND

Le Télégramme, quotidien régional breton, a enquêté sur les zones d'ombre de l'affaire immobilière révélée par Le Canard enchaîné, mercredi 24 mai. Interviewée à l'occasion, la notaire des Mutuelles de Bretagne, qui se trouve également être conseillère de Sandrine Doucen, la compagne de Richard Ferrand, juge que la transparence de la transaction ne fait aucun doute : "On veut nuire à Richard Ferrand !"

#FILLON


L'ancien candidat à la présidentielle s'est rendu chez les juges ce matin, dans le cadre des soupçons d'emploi fictif. Toutes les explications ici : 

Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon à nouveau chez les juges

Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon à nouveau chez les juges

#PS #CAMBADÉLIS


Thierry Mandon, l'ancien secrétaire d'État à la Recherche et à l'Enseignement supérieur, a invité Jean-Christophe Cambadélis à quitter la direction du PS, dans une interview à L'Opinion.

#FRONT NATIONAL

"Nous avons une cinquantaine de circonscriptions où elle a obtenu plus de 50% des suffrages (45, en réalité), donc il y a de vraies perspectives."

#NICOLAS BAY

Le débat a-t-il essoufflé la dynamique frontiste ? "Marine Le Pen a fait preuve d'humilité en reconnaissant que ce débat n'était pas une réussite."

#FRONT NATIONAL

Interrogé par LCI, Nicolas Bay (FN) prétend que "les Français ne veulent pas donner un chèque en blanc à Emmanuel Macron". Et le secrétaire général du parti d'extrême droite de fustiger les positions de François Baroin, chef de file des Républicains, qui a appelé "au partage des tâches avec le président".

#FRONT NATIONAL

Interrogé par LCI, Nicolas Bay (FN) prétend que "les Français ne veulent pas donner un chèque en blanc à Emmanuel Macron". Et le secrétaire général du parti d'extrême droite de fustiger les positions de François Baroin, chef de file des Républicains, qui a appelé "au partage des tâches avec le président".

#FILLON

Plus d'un mois après son élimination au premier tour de l'élection présidentielle, François Fillon refait donc face aux accusations qui ont pollué sa campagne. Pour mémoire, l'ancien Premier ministre est accusé d'avoir détourné de l'argent public pour rémunérer son épouse et ses enfants pour des travaux dont l'existence est sérieusement mise en doute par les enquêteurs.

#FILLON

L'audition de François Fillon a duré environ deux heures. Elle devait avoir lieu ce mardi.

#NDA #GUILLON

Menacé d'une plainte par Nicolas Dupont-Aignan pour une blague très douteuse sur sa mère décédée, l'humoriste de Canal + a répondu à l'ex-candidat.

#FILLON

Ce que nous vous annoncions tout à l'heure est confirmé. François Fillon s'est bien rendu chez les juges ce lundi, dans le cadre de l'enquête sur les emplois présumés fictifs de sa famille.

#MUSELIER

Le même Castaner qui, on s'en souvient, avait retiré sa liste socialiste aux régionales pour faire battre le Front national, a eu droit à l'hommage du nouveau président : 

#MUSELIER

Le petit tir du nouveau président de la région Paca (LR) à l'endroit de Jean-Luc Mélenchon, très apprécié par le local Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement.

#PHILIPPOT

Après les révélations du Parisien, le vice-président du Front national Florian Philoppot réitère son appel à la démission pour le ministre Richard Ferrand.

#FRONT NATIONAL

Questionnée sur France Info quant au futur nom du parti (s'il doit y avoir un changement), Marine Le Pen a écarté l'hypothèse des "Patriotes". "Non. Si les adhérents du Front national décident de changer de nom, ce ne sera pas celui-là", a-t-elle expliqué à RTL. A noter que "Les Patriotes" est le nom que Florian Philippot a donné à son association interne au Front national.

#POUTINE

Le président russe et ses homologues français, une relation pas toujours simple.

VIDÉO - Première rencontre Macron-Poutine : pour Sarkozy, ça s'était plutôt mal passé

VIDÉO - Première rencontre Macron-Poutine : pour Sarkozy, ça s'était plutôt mal passé

#RÉGION

Après l'annonce de la démission de Christian Estrosi, à la tête de la région depuis 2015 et retourné depuis à la tête de la mairie de Nice, le conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d'Azur a élu Renaud Muselier pour le remplacer.

La semaine commence fort pour le Président et le Premier minsitre. Ils ont chacun des dossiers sensibles et importants à l'ordre du jour. Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine à Versailles et tâchera d'asseoir sa stature internationale en abordant avec lui des sujets aussi brûlants que la Syrie et l'Ukraine. Du côté de Matignon, ce sont les négociations sur la réforme du Code du travail qui se poursuivent. Les représentants syndicaux (CGT, CFDT, CPME, CFTC...) défileront chacun leur tour devant Edouard Philippe. 


Pendant ce temps-là, la campagne pour les législatives se poursuivent. A moins de deux semaines du premier tour, les marcheurs vont tenter de confirmer l'avance que leur donnent les sondages. Leurs concurrents feront tout pour renverser la tendance.

Découvrez tous les candidats de votre circonscription sur notre carte interactive.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter