LIVE POLITIQUE - Macron au Maroc pour "une visite d'amitié et de travail"

LIVE POLITIQUE - Macron au Maroc pour "une visite d'amitié et de travail"

REVIVEZ - Cette journée de mercredi a été marquée par la "réconciliation" entre Edouard Philippe et François Bayrou. De son côté, le chef de l'État est arrivé au Maroc pour une courte visite auprès du roi Mohammed VI. Il repartira dès jeudi matin.

Live

#BONSOIR

Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous demain, 7 heures, pour une nouvelle journée de campagne !

#REM #LE PEN

Alors que des candidats REM sont critiqués pour avoir refusé de débattre avec leurs concurrents avant le second tour, Anne Roquet, la candidate du mouvement dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais indique dans communiqué qu'elle lance un appel à Marine Le Pen, candidate dans le secteur, à débattre. 


"Etre député, c'est savoir défendre ses projets, sa vision des territoires et être capable d'expliquer publiquement ses choix", assure-t-elle, rappelant que pour sa part, elle n'a "jamais refusé de débat avec quelque adversaire que ce soit"

#LE PEN

Les adieux de Marion Maréchal-Le Pen à l'occasion d'un meeting de soutien à Gilbert Collard (proche du FN), candidat à sa réélection dans le Gard : "Je suis presque un peu émue car c'est mon avant dernier meeting avant de quitter la scène politique. La boucle est bouclée, j'ai été élue avec Gilbert et je ne pouvais pas partir sans le soutenir. On a été un duo de choc durant ces cinq années, j'ai beaucoup appris à ses côtés"

#SCHIAPPA

#SCHIAPPA

#PS

Jérôme Guedj (PS) a été battu au premier tour des législatives

#MACRON

Dans le Golfe, "notre volonté est que ces pays se reparlent. Nous avons aucun intérêt à ce qu'il y ait une tension. L'ensemble de ces Etats sont partie prenante des crises que nous avons à connaître, notamment en Libye"


Le président français Emmanuel Macron rencontrera à Paris, séparément et d'ici fin juin, l'émir du Qatar et le prince héritier d'Abu Dhabi à propos de la crise dans le Golfe

#MACRON

"Nous avons le sujet [des révoltes dans le Rif], c'est un sujet de politique intérieure. J'ai entendu un roi du Maroc préoccupé par la situation de cette région qui lui est chère"

#MACRON

Emmanuel Macron : "J'ai vu un partenaire concerné, qui a la volonté de participer à nos efforts de stabilisation au Sahel"


"La France et le Maroc ont une politique commune à conduire en Afrique", "une forme de libération des sociétés et de repenser des relations équilibrées"


"Nous avons l'un et l'autre réaffirmé notre engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique"

#MACRON

Emmanuel Macron en visite au Maroc : "Une vision commune et une volonté de poursuivre nos intérêts communs"


"Je suis très touché par la marque d'amitié du roi"


"Je souhaite que nous ayons une politique culturelle, linguistique et éducative renouvelée"

#BAROIN 

François Baroin, chef de file LR, lors d'un déplacement de soutien à Eric Woerth dans l'Oise : "J'ai été le benjamin d'une Assemblée nationale en 1993 qui comptait près de 430 députés RPR et UDF. Ça donne l'impression que la société française n'est pas pleinement représentée. Une majorité écrasante peut faire courir le risque, malgré elle, d'écraser le débat"

#MACRON

VIDEO - Emmanuel et Brigitte Macron ont été accueillis par le roi Mohammed VI à leur arrivée au Maroc. Le chef de l'Etat français tiendra une conférence de presse dans quelques minutes, à suivre sur notre live

#CIOTTI

#WOERTH

L'ancien ministre LR Eric Woerth, candidat à sa réélection dans l'Oise : "A mon âge, j'ai le sentiment qu'on peut encore faire des choses. On n'est pas obligé de n'avoir que des nouveaux. Etre réélu n'est pas une tare"

#MELENCHON

#FN

#FN

#ESTROSI

#MELENCHON

#CAMBADELIS

#NKM

#MACRON

Choix des candidats REM aux législatives : Macron "surveillait tout"

#PECRESSE

#BORLOO

VIDEO - Jean-Louis Borloo à Saint-Ouen pour soutenir son neveu, Sébastien Ménard (REM) : la recomposition politique d'Emmanuel Macron, "ça peut durer et ça va durer". "C'est un droit d'entrée qu'Emmanuel Macron a offert à des tas de gens dans ce pays. A eux de faire leurs preuves, d'avancer"

#CIOTTI

#APERO

#BORLOO

Jean-Louis Borloo est en déplacement à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) pour soutenir son neveu Sébastien Ménard, candidat REM aux législatives. Pour l'ancien ministre retiré de la vie politique, la recomposition initiée par Emmanuel Macron "peut et va durer. Les gens qui croient que c'est juste un coup n'ont pas compris"


"C'est une page qui se tourne et c'est formidable. Il y aura des difficultés et c'est là qu'il faudra être à leurs côtés"

#SCHIAPPA

#VENTRICULE

#LR

Geoffroy Didier (LR) sur LCI : "Qu'Emmanuel Macron dispose d'une majorité absolue pour agir, je le comprends parfaitement. Mais il est important qu'il y ait un pluralisme"


"En réalité, le débat entre le gouvernement et les collectivités locales va être intéressant. C'est peut-être là que le débat aura lieu"

#PLAINTE

Alain Brevet, suppléant d'une candidate REM, mis en examen pour agressions sexuelles, a été exclu mercredi de la campagne par Isia Khalfi, la candidate qui part favorite dans la 1re circonscription des Hauts-de-Seine, à la suite de la révélation de ses ennuis judiciaires dans la presse.  L'homme de 49 ans devait comparaître lundi devant le tribunal correctionnel de Nanterre. Mis en examen en mars 2012, il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour "agressions sexuelles par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction". Selon l'accusation, les faits se seraient déroulés entre 2010 et 2012, à Gennevilliers et Bois-Colombes, lorsqu'il était directeur d'un Comité d'aide aux réfugiés. Les deux plaignantes sont des réfugiées, selon une source proche du dossier. La mise à l'écart "ne préjuge pas la suite judiciaire de cette affaire", a précisé la candidate

#PENICAUD

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui avait déposé une plainte contre X pour vol et recel à la suite de la publication dans le quotidien Libération de documents issus de son administration, a retiré mercredi sa plainte pour recel. Cet abandon signifie que la plainte, atténuée, ne vise plus le quotidien, même indirectement

#LR

Geoffroy Didier, vice-président LR au conseil régional d'Ile-de-France (LCI) : Après la présidentielle, "il était difficile de créer un reflux au profit des Républicains"


"La droite va se retrouver avec une immense responsabilité en devenant le premier contre-pouvoir dimanche". "Il y a un espace pour une droite intelligente, forte sur les sujets régaliens, qui vive avec son temps sur le plan sociétal"

#DEBAT

Alors que des candidats FN, LR, PS et FI accusent certains de leurs concurrents REM de refuser le débat avant le second tour, le parti d'Emmanuel Macron affirme qu'il n'y a "pas de consigne nationale" en ce sens. "On les a plutôt incités et encouragés. Ce serait plutôt contraire à l'esprit du mouvement de ne pas débattre", assure REM à l'AFP.

#VALLAUD-BELKACEM

#FN

#BERTRAND

#LE PEN

Le Parlement européen a une nouvelle fois levé ce mercredi l’immunité parlementaire de Jean-Marie Le Pen à la demande de la justice française, qui veut l’entendre pour des propos qui pourraient relever de l’incitation à la haine ou à la violence raciale. L’affaire en question concerne une déclaration, en août 2009, au micro de la radio RTL, dans laquelle l’ex-président du FN affirmait que "90% des faits divers ont à leur origine soit un immigré soit une personne d'origine immigrée". Les eurodéputés ont estimé que ces propos n’avaient pas de lien avec l’activité parlementaire de leur collègue et que la demande du procureur général de Paris ne relevait pas d’une volonté de nuire à ses activités politiques.

#CASTANER

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, assure que "la situation est totalement pacifiée" entre François Bayrou et Édouard Philippe. Néanmoins, même si le Garde des sceaux continue à revendiquer son liberté d'expression, le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement souligne que "toute tentative d'influence" auprès des médias est "nocive" à la démocratie. "Ne pas chercher à influencer un média est un principe absolu", a-t-il insisté. Cet épisode ne devrait toutefois coûter sa place au ministre de la Justice. "Mon sentiment est que l'on gardera tous les ministres, dont François Bayrou et Marielle de Sarnez, après les législatives", a ajouté Christophe Castaner.

#CASTANER

"Le Premier ministre a rappelé une règle dans les expressions des ministres, voulue par le président de la République : c'est sous son autorité que se conduit la politique. Ensuite il a rappelé que la parole des ministres engage tout le gouvernement. La situation est à mon sens totalement pacifiée. Personne n'est lâché ou autre."

#CASTANER

"Les épreuves que traversent François Bayrou n'ont pas été abordées par le président de la République. Cela ne le regarde pas."

#CAZENEUVE

L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve est venu mercredi soutenir son ancienne ministre du Travail et candidate PS aux législatives dans la 18e circonscription de Paris Myriam El Khomri, "une femme engagée, sincère et authentique".

#GOUVERNEMENT

Alerte lapsus de la part du porte-parole : "Voilà en quelques mots l'introduction du président de la République complétée par les mots du Premier ministre qui me en oeuvre cette polémique... euh, cette politique, pardon. C'est la fatigue et la faim ! Je prends des risques !" Décidément, difficile de ne pas y voir du François Bayrou partout.

#CODE DU TRAVAIL

Après les fuites dans Libé et Le Parisien, le ministère du Travail a finalement mis de côté sa plainte pour recel, qui visait indirectement la presse.

Fuites sur la réforme du code du travail : après sa plainte pour "vol et recel", le ministère du Travail met de l'eau dans son vin

#CASTANER

"Le président de la République a profité du conseil des ministres pour réaffirmer l'autorité du Premier ministre. Chaque fois que nécessaire, il pourra demander des comptes sur différents sujets." Un clin d'oeil au ping-ping entre Edouard Philippe et François Bayrou, la veille ?

#CASTANER

"Un outil de consultation public va être mis en place pour faire remonter les réflexions des citoyens dans le cadre des discussions sur la loi sur le rétablissement de la confiance dans la démocratie."

#CASTANER

Les risques d'absolutisme agités par ses adversaires politiques ? Macron évoque des "chimères" venant des mêmes qui avaient fait le pari qu'il ne gagnerait pas la présidentielle ni n'aurait de majorité après les législatives.

#LÉGISLATIVES

Le porte-parole commence par annoncer que le président de la République a reconnu que l'amplification des scores de la République en marche tient à la démobilisation des autres électeurs mais aussi au mode de scrutin.

Infos précédentes

Lire aussi

Il va falloir replancher sur la copie. François Bayrou doit présenter ce jour  le premier grand chantier législatif du quinquennat, destiné à moraliser la vie publique. Le hasard du calendrier (ou pas) fait que ce jour-là, le Canard enchainé met son bec sur l'activité des collaborateurs du MoDem et qu'il a reniflé de nouvelles informations visant notamment François Bayrou. 

Et comme souvent, les "embrouilles" volent toujours en escadrille, selon Le Monde, le Conseil d'Etat se montrerait extrêmement critique quant au projet de loi sur la moralisation. La fameuse "banque de la démocratie" - qui doit clarifier le financement des partis - est dans l'oeil du viseur. Pire, il rejette même deux propositions sur le financement des partis. De nouveaux coups durs pour le Garde des Sceaux qui, la veille, a déjà fait parler de lui en défiant Edouard Philippe au sujet de ses prises de parole intempestives.  

On vous raconte les réactions, et plus encore, ici même

Toute l'info sur

Elections législatives 2017

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter