LIVE POLITIQUE - Pour Martine Aubry, "le programme de Macron est aussi grave, peut-être même plus sur le droit du travail, que ne l'était celui de Fillon"

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

La présidence Macron

J-18 - Mercredi 24 mai, à un peu plus de deux semaines du premier tour des élections législatives, prévu le 11 juin prochain, les candidats sont plus que jamais actifs dans leurs circonscriptions. Du côté du gouvernement, alors que Richard Ferrand est dans la tourmente en raison d'une affaire de location, le président de la République a organisé son deuxième Conseil des ministres.

Live

"Pas simple de trouver un jeune qui sait lire et écrire en Centre-Bretagne" ? La petite phrase du camp Ferrand passe mal

"Pas simple de trouver un jeune qui sait lire et écrire en Centre-Bretagne" ? La petite phrase du camp Ferrand passe mal

#PARQUET FINANCIER

Le parquet national financier (PNF) n'est pas compétent "à ce stade" pour ouvrir une enquête sur l'affaire immobilière révélée par Le Canard enchaîné autour du ministre Richard Ferrand. 

#LES RÉPUBLICAINS

Le parti Les Républicains va saisir le parquet national financier pour qu'il ouvre une enquête sur l'affaire Richard Ferrand, a indiqué son secrétaire général Bernard Accoyer dans un communiqué.

"Le respect de l'indépendance de la Justice est une valeur fondamentale de la République et Les Républicains ne peuvent qu'exiger le même traitement judiciaire des faits à l'égard de tous les élus. Si ces faits sont tous avérés, ils seraient d'une gravité extrême justifiant immédiatement l'ouverture d'une enquête préliminaire ou d'une information judiciaire."

#PHILIPPOT

Sur les révélations à propos de Richard Ferrand, Florian Philippot a déclaré : "C'est extrêmement choquant. C'est quoi cette justice ? (...) Richard Ferrand ne peut pas rester au gouvernement."

#PHILIPPOT

"Rien ne laisse préfigurer cette hypothèse" a dit Florian Philippot sur LCI, commentant son possible départ du Front national.

#AUBRY

En conférence de presse à Lille, Martine Aubry a fustigé le programme d'Emmanuel Macron : "Le programme de Macron est aussi grave, peut-être même plus sur le droit du travail, que ne l'était celui de Fillon"

Richard Ferrand sur l'emploi de son fils comme assistant parlementaire : "Si c'était à refaire, je ne le referais pas"

Richard Ferrand sur l'emploi de son fils comme assistant parlementaire : "Si c'était à refaire, je ne le referais pas"

#MACRON

La Ligue des droits de l'Homme a critiqué mercredi la volonté d'Emmanuel Macron de prolonger l'état d'urgence jusqu'au 1er novembre "sans aucune réflexion" quant aux conséquences de cette mesure d'exception sur les libertés publiques. 

#SONDAGE

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, les candidats de La République en marche alliés au MoDem sont crédités de 33% des intentions de vote pour le premier tour des élections législatives, devant les Républicains et l'UDI (20%) et le Front national (19%). La France insoumise est créditée de 12% des intentions de vote, et le PS et leurs alliés de 6,5%.

#AUBRY

La maire de Lille Martine Aubry accuse Emmanuel Macron de préparer "un Parlement à sa botte" et de chercher à "casser 50 ans de progrès social" avec la refonte du code du travail. "Avoir un Parlement à sa botte, ce n'est pas la démocratie. Un Parlement est là pour contrebalancer l'exécutif" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse avec les candidats PS dans l'agglomération lilloise. Selon elle le président veut des députés "béni-oui-oui".

#HAMON

Benoît Hamon ira soutenir Cécile Duflot, candidate EELV, dans la 6e circonscription de Paris le 1er juin prochain. A noter : aucun candidat socialiste n'a été investi dans cette circonscription parisienne.

#FERRAND

Dans le Canard Enchaîné de ce mercredi, Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des Territoires, est accusé d'avoir embauché son fils en tant qu'assistant parlementaire pendant quelques mois. Interrogé à ce propos par le site franceinfo, le cabinet du ministre aurait déclaré pour justifier cette embauche : "Je vous invite à aller faire un tour en Centre-Bretagne. Ce n’est pas simple de trouver un jeune, volontaire, pour travailler cinq mois, qui sait lire et écrire correctement, aller sur internet." 

Des propos fermement démentis par la conseillère en communication du ministre, interrogée par LCI : "Aucune personne habilitée à porter la parole du ministre n'a tenu ces propos, que nous condamnons. Richard Ferrand est élu en Bretagne depuis plus de vingt ans, il sait que cela est tout à fait faux. Je condamne ces propos et je démens qu'ils représentent la position officielle du ministre."

#MÉLENCHON

Aujourd'hui, Jean-Luc Mélénchon est à Paris pour soutenir les candidats de La France insoumise. Demain, il se rendra à Marseille, où il est candidat, pour plusieurs rencontres (avec la CGT, les marins, les acteurs locaux de l'écologie) et prises de parole.

#FERRAND

Le secrétaire général des Républicains Bernard Accoyer a condamné dans un communiqué l'"écart abyssal entre les paroles publiques et les pratiques privées prêtées à Richard Ferrand" alors que le gouvernement s'apprête à défendre un loi de moralisation de la vie publique. "C'est à la Justice, au Garde des Sceaux et au parquet, d'apprécier les suites judiciaires à donner aux faits précis qui sont relatés" écrit-il.

#TASK FORCE

Christophe Castaner a annoncé que la "task force" antiterroriste rattachée à l'Elysée que veut créer Emmanuel Macron comprendrait "50 à 60 personnes" avec comme objectif "des décisions qui puissent être prises dans la demi-heure".  L'organisation de ce nouveau centre de coordination antiterroriste sera fixée "d'ici le 7 juin".

#MÉLENCHON

Jean-Luc Mélenchon annonce être convoqué par la justice le 26 juin faisant suite à une plainte déposée contre lui par la Société générale. "La banque Société générale me poursuit en diffamation pour avoir pointé sa responsabilité dans le scandale d’évasion fiscale des Panama Papers il y a un an. J’avais alors qualifié ses dirigeants de menteurs et demandé qu’ils soient châtiés pour avoir menti devant une commission d’enquête parlementaire", écrit le leader de la France insoumise sur son blog. "La finance sait que nous sommes ses ennemis irréductibles. Ceux qui mentent devant une commission d’enquête parlementaire et agissent depuis les paradis fiscaux se croient tout permis. Ils veulent instrumentaliser la justice pour intimider ceux qui leur résistent et parlent clair à leur sujet. La finance pense que la présidence Macron crée un environnement favorable pour organiser la chasse à ses opposants. Je me place donc sous la protection des électeurs", ajoute-t-il. 

#POPULARITÉ

La popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe est aussi élevée que celle des chefs d'Etat et de gouvernement qui les ont précédés en début de mandat, selon un sondage BVA pour la Tribune et Orange, diffusé mercredi. Deux semaines après le second tour de l'élection présidentielle, le président et son Premier ministre bénéficient d'une cote de popularité de 62% et 59% respectivement, selon le sondage réalisé par téléphone du 22 au 23 mai auprès de 1011 personnes. Le score du président est très proche de celui de François Hollande, qui avait obtenu un taux d'opinions favorables de 61% à son arrivée à l'Elysée en mai 2012, et de Nicolas Sarkozy, qui avait bénéficié d'un taux de 63% en juin 2007. Edouard Philippe, est, pour sa part, moins populaire que ne l'a été le Premier ministre de François Hollande, Jean-Marc Ayrault à sa nomination en 2012, avec un taux de 65%, mais il est proche de François Fillon, qui avait obtenu 57% en 2007, d'Alain Juppé, avec 59% en 1995 et Edouard Balladur, avec 58% en 1993. Il devance également Lionel Jospin, qui avait obtenu 52% en 1997.

#NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet, confrontée à deux autres candidats de droite dans sa circonscription, estime que "la division et les dissidences sont la maladie sénile d'une partie des cadres de la droite parisienne", dans un entretien au Figaro. Candidate dans la 2e circonscription de Paris, cédée par François Fillon, NKM a vu surgir la candidature de Jean-Pierre Lecoq mais aussi celle d'Henri Guaino, dans une circonscription considérée comme imperdable pour la droite.

#BAROIN

Le chef de file de la campagne de LR pour les législatives, François Baroin, a déclaré que c'était à Richard Ferrand, épinglé par Le Canard enchaîné dans une affaire immobilière, de voir s'il était "en situation désormais de pouvoir exercer" ses responsabilités de ministre. "Je suis avocat et je suis attaché à la présomption d'innocence", a répondu le sénateur-maire de Troyes aux journalistes qui l'interrogeaient.

#TOURRET

Achat d'une télévision, de billets de cinéma, parties de golf ou encore dépenses dans un Club Med au Sénégal… Le député sortant du Calvados Alain Tourret, investi aux législatives par La République en Marche, a été épinglé par Mediapart pour avoir utilisé son indemnité de frais de mandat à des fins "personnelles". Le site d'information, qui se fonde sur la publication des "MacronLeaks", a pu éplucher onze mois de relevés bancaires relatifs à son compte IRFM, répartis sur les années 2013, 2014 et 2016. L’entourage du parlementaire estime auprès de l'AFP que "la question de l'abus ne se pose pas" et indique que Alain Tourret "lui-même avait saisi son expert-comptable en mars pour évaluer les dépenses imputées à son IRFM et procéder aux régularisations nécessaires le cas échéant". Le député doit donner une conférence de presse ce mercredi à 16 heures.

#FERRAND

Lors de la conférence de presse d'après Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner a affirmé qu'"il ne saurait être question" de la démission de Richard Ferrand, au coeur d'une affaire immobilière révélée par Le Canard Enchaîné. "Sur la question de démissionner, la question ne s'est pas posée", a-t-il insisté, évoquant "un acte qui n'est pas délictuel ni pénal".

#FN

Alors que la rumeur d’un départ de Florian Philippot du FN n'a jamais été autant d’actualité, Marine Le Pen a assuré ce mercredi que son bras droit, critiqué en interne, avait "toute sa place au sein du FN" notamment parce que "chacun admet la plus-value qu'il a apportée, qu'il continue à apporter". Toutefois, un membre du bureau politique et économiste frontiste Jean-Richard Sulzer a dit que Florian Philippot s'était mis "hors du parti" tandis que le député du Gard apparenté FN Gilbert Collard ou le compagnon de Marine Le Pen et vice-président du FN, Louis Aliot, ont aussi émis des critiques contre le n°2 frontiste. La présidente du FN a voulu les minimiser en estimant qu'elles provenaient de "certains", "d'individualités qui représentent eux-mêmes". "Chacun a sa place au FN. Chacun participera dans le cadre de ce chantier de rénovation, de modernisation, avec ses qualités, ses idées", a-t-elle promis.

#TERRORISME

Parallement au prolongement de l’état d'urgence souhaité par Emmanuel Macron, Edouard Philippe a également annoncé que le plan Vigipirate, récemment réorganisé en trois niveaux de vigilance, "restera(it) valable jusqu'au 22 juin" et ferait l'objet "des adaptations nécessaires à la période estivale". Le rétablissement des contrôles aux frontières annoncé par François Hollande après l'attentat du Bataclan le 13 novembre 2015 "demeure pleinement justifié et restera opérationnel", a ajouté le locataire de Matignon.

#HANOUNA

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a réagi à la polémique au sujet du sketch homophobe de l'animateur de TPMP. "Aucun dérapage, qu'il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer, qu'il s'agisse de la télévision ou d'Internet".

#LÉGISLATIVES

Les prévisions sont excellentes pour la REM.

Sondages législatives : l'alliance REM-Modem en tête, suivie des Républicains et du FN

Sondages législatives : l'alliance REM-Modem en tête, suivie des Républicains et du FN

#LE PEN

Invité de "Questions d'info" sur LCP, Marine Le Pen a apporté son soutien à Florian Philippot, vice-président du FN et inspirateur de la ligne souverainiste et anti-euro du Front national. "Il a toute sa place au FN et chacun admet la plus-value qu'il apporte." En définitive, malgré les attaques dont il a fait l'objet, Florian Philippot, qui avait récemment laissé entendre qu'il quitterait le FN en cas d'abandon de la position anti-euro au parti, ne va "absolument pas" le quitter.

#FERRAND

Combine hasardeuse ? Arrangement avec la loi ? On vous explique tout.

Affaire Richard Ferrand : quatre questions pour tout comprendre aux révélations qui plongent le ministre dans la tourmente

Affaire Richard Ferrand : quatre questions pour tout comprendre aux révélations qui plongent le ministre dans la tourmente

#PHILIPPE

"La posture Vigipirate restera valable jusqu'au 22 juin. Le rétablissement du contrôle aux frontières restera maintenu."

#PHILIPPE

"L'état d'urgence, qui a été prorogé, notamment pour préserver notre démocratie, est en vigueur jusqu'au 15 juillet. Le président de la République nous a demandé de préparer une prorogation de l'état d'urgence."

#PHILIPPE

"Sur le territoire national, nous sommes au deuxième niveau de vigilance terroriste, sur une échelle qui en contient trois. 7000 militaires de Sentinelle appuient les efforts des forces de l'ordre. Cela peut aller jusqu'à 10.000. Il y a 66.000 réservistes possiblement mobilisables."

#PHILIPPE

"L'attentat de Manchester doit renforcer notre vigilance. La France et le Royaume-Uni combattent le même ennemi. La menace terroriste demeure, en Europe, et dans nos deux pays, à un très haut niveau. Elle repose sur la résilience de ses sympathisants à effectuer des actes isolés et sur la capacité des organisations à créer des réseaux terroristes."

#PHILIPPE

Le Premier ministre prend la parole et annonce la réunion du Conseil de défense, "comme il le fera chaque semaine".

#GOUVERNEMENT

Comme la semaine passée, aucun membre du gouvernement ne s'arrête devant la presse.

#GOUVERNEMENT

Les ministres sortent l'un après l'autre du Conseil des ministres. Edouard Philippe devrait donc bientôt s'adresser à la presse.

#LE PEN

Marine Le Pen demandé ce mercredi à Richard  Ferrand de "poser sa démission" après les révélations du Canard enchaîne. C'est "un enrichissement personnel parfaitement immoral [...], je mets un  trait d'égalité absolument total entre l'affaire Fillon et l'affaire Ferrand",  a déclaré la présidente du FN lors de l'émission Questions d'info sur LCP, estimant que le ministre de la Cohésion des Territoires devrait en "tirer les conséquences".

#FERRAND

Matignon renouvelle son soutien au ministre de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand, après les révélations du Canard enchaîné sur la location de locaux appartenant à sa compagne par les Mutuelles de Bretagne à l'époque où il en était le directeur. "La probité de Richard Ferrand n'est pas en cause", indique à l'AFP ce mercredi l’entourage du Premier ministre, Edouard Philippe. Mardi soir, Matignon avait déjà indiqué à Reuters que "l'honnêteté de Richard Ferrand n'était pas en cause" et que "la question (de sa démission) ne se posait pas".

#MÉLENCHON

Invité sur RTL ce matin, Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu'"après la destruction du Code du travail", menée selon lui par Emmanuel Macron, interviendrait "la destruction de l'Ecole" aux mains d'un ministre selon lui "idéologue de la droite" en matière d'éducation. "Que va faire (Jean-Michel) Blanquer? (...) Son intention n'est pas de multiplier les enseignants dans les classes, il en a supprimé 80.000", pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, a déclaré le leader de La France insoumise. "Sans faire de procès d'intention, (je suis) en état de pouvoir vous dire qu'il a l'intention de continuer", a-t-il affirmé, rappelant que le nouveau ministre de l'Education avait décrit "sa doctrine à propos de l'école" dans un livre. "C'est l'idéologue de la droite : il pense que les écoles doivent se gérer comme des entreprises, que le chef d'établissement doit choisir le personnel et fixer la paye", a-t-il ajouté.

#HULOT

A peine nommé, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, prend la tête du baromètre BVA des personnalités politiques avec 58% d'opinions favorable. Il devance Jean-Yves Le Drian (42%) et Alain Juppé (39%).

#ÉTAT D’URGENCE

Le Président de la République a décidé que le Parlement serait saisi d’une prolongation de l’État d’urgence (qui arrive à échéance le 15 juillet) jusqu’au 1er novembre, indique ce matin l’Élysée. Emmanuel Macron a également demandé au gouvernement de proposer des mesures de renforcement de la sécurité face à la menace terroriste hors d’état d’urgence afin qu’un texte législatif soit préparé dans les prochaines semaines.

#COLLOMB

L'état d'urgence devrait être prolongé en France après l'attentat qui a fait 22 morts lundi soir à la sortie d'un concert à Manchester, a indiqué sur BFMTV le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. "L'événement qui a surgi hier montre évidemment que le niveau d'alerte est grand dans tous nos pays. On en peut pas comme ça s'arrêter de manière brutale", a-t-il dit. "Peut-être effectivement faut-il prolonger l'état d'urgence et en même temps voir les conditions pour en sortir", a ajouté le ministre, en évoquant des mesures qui permettraient de prolonger certaines de ses dispositions.

#MANCHESTER

#GOUVERNEMENT

L'exécutif souhaite intégrer d'autres personnalités de droite au gouvernement après les élections législatives des 11 et 18 juin, a déclaré sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. "Nous le souhaitons. On veut une majorité qui dépasse les partis politiques et qui s'appuie sur des femmes et des hommes issus de la gauche, comme moi du Parti socialiste, mais qui puisse aussi s'appuyer sur les progressistes chez Les Républicains ", a-t-il souligné.

#FERRAND

"Ca tombe mal parce que ça crée la suspicion dans un contexte de suspicion,  je ne veux pas être langue de bois sur le sujet", a déclaré ce matin le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner au micro d'Europe 1. "Ca meurtrit  évidemment Richard qui est un homme d'une probité exceptionnelle (...) mais une chose est sûre, il n'y a rien d'illégal, il n'y a rien qui ne serait pas  moral", a-t-il certifié.

#FERRAND

Mis en cause dans une affaire de location de locaux à l’époque où il dirigeait les Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand, le ministre de la Cohésion des territoire, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, est pour l’heure soutenu par Matignon qui estime que "son honnêteté n'est pas en cause".

Affaire Richard Ferrand : quatre questions pour tout comprendre aux révélations qui plongent le ministre dans la tourmente

Affaire Richard Ferrand : quatre questions pour tout comprendre aux révélations qui plongent le ministre dans la tourmente

A dix-huit jours du premier tour des élections législatives, tous les candidats seront encore sur le terrain ce mercredi 24 mai. Certains auront droit à des soutiens de poids : comme hier, Jean-Luc Mélenchon et François Baroin continueront de soutenir leurs candidats sur le terrain. Le leader de La France insoumise sera auprès des candidats parisiens, et le Républicain en région PACA.

Dans le même temps, le second Conseil des ministres du quinquennat se tiendra à l'Elysée. Devrait notamment être abordé le projet de loi renforçant la confiance dans la vie publique.

Lire et commenter