Logements : le PS compte sur le 18e pour en créer

Logements : le PS compte sur le 18e pour en créer

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Comme sa rivale UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, la socialiste Anne Hidalgo promet de créer 10.000 logements par an à Paris. Dans le 18e, où le candidat PS Eric Lejoindre a présenté son programme jeudi, il est question d'en créer 6.000 d'ici 2020 grâce aux nombreuses réserves foncières de l'arrondissement. Soit le dixième de l'effort de l'ensemble de la capitale.

Dans les quartiers centraux de la capitale et l'ouest parisien, les logements naissent au compte-gouttes. Dans le 18e arrondissement, ils émergent par centaines. Grâce aux réserves foncières et au moindre coût de l'immobilier dans l'arrondissement, la majorité socialiste est parvenue à faire de ce secteur semi-populaire de la capitale un moteur pour atteindre ses objectifs de création de logements. Depuis 2008, la municipalité a ainsi fait naître 4.000 logements, dont 3.000 "familiaux". Rapprochant l'arrondissement du 19e, du 20e et du 13e, les plus denses de Paris en logements sociaux.

La situation n'est pas près de changer. La candidate PS Anne Hidalgo s'est engagée à créer 10.000 logements par an dans la capitale, rejointe sur cet objectif par sa rivale de l'UMP. Dans cette croisade, le 18e devrait être largement mis à contribution. Le candidat socialiste de l'arrondissement, Eric Lejoindre, a indiqué jeudi qu'il souhaitait construire pas moins de "6.000 nouveaux logements diversifiés d'ici 2020", soit le dixième, à lui seul, de l'effort qu'Anne Hidalgo souhaite impulser sur l'ensemble de la capitale durant la mandature. Effort qui doit permettre à Paris d'atteindre les 30 % de logements sociaux imposés par la loi à l'horizon 2030.

12.000 demandeurs dans le 18e

"Il y a un effort supplémentaire à fournir, estime Eric Lejoindre, candidat à la succession du député-maire Daniel Vaillant. Les logements sociaux ne concernent pas une minorité, puisque 70 % des Parisiens peuvent y prétendre." Actuellement, l'arrondissement, qui a dépassé les 20 % de logements sociaux avec des pics dans certains quartiers populaires, compte toujours 12.000 demandeurs pour seulement 1.000 personnes relogées par an.

Alors que la densité d'autres quartiers parisiens laisse peu de marge à la Ville en dehors de la préemption, le 18e laisse une large part "à la construction de logements", précise le candidat socialiste. Parmi les réserves foncières : le secteur "Paris Nord-Est", vaste friche de 200 hectares entre les portes de Clignancourt et d'Aubervilliers, où le seul écoquartier Chapelle International fera émerger entre 2017 et 2020 pas moins de 900 logements. L'actuelle majorité lorgne également sur de vastes terrains appartenant au ministère de la Défense, aux abords du boulevard Ney et de la porte des Poissonniers.

Traitement inégal

"Dans d'autres quartiers, on compte beaucoup moins d'emprises", reconnaît Eric Lejoindre. Qui souligne toutefois qu'il ne s'agit pas de "densifier" à outrance : plusieurs projets prévoient, au nord de l'arrondissement, de vastes parcs urbains dont les 250.000 mètres carrés du "poumon vert" qui verra le jour entre les entrepôts du boulevard Ney et le quartier Evangile.

Le 18e doit-il pour autant participer plus que les autres à l'effort de guerre ? "Il faudra bien sûr que d'autres arrondissements contribuent à la création de logements", répond le candidat. A ce titre, Anne Hidalgo propose de reconvertir, à l'échelle de la capitale, près de 200.000 mètres carrés de bureaux et de proposer aux professionnels de l'immobilier un "pacte" pour la création de logements sociaux. Jusqu'ici, la Ville est loin d'avoir imposé l'équité entre arrondissements en matière de logements. Le 7e compte, à ce jour, 1,3% de logements sociaux.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter