Macron sur la Russie : "La France doit savoir discuter avec les grandes puissances, même quand elles ne sont pas amies"

Élections Européennes 2019
AFFAIRES ÉTRANGÈRES - Emmanuel Macron s'exprime rarement sur les sujets internationaux, préférant parler travail et éducation. Mais ce vendredi matin, le candidat à l'élection présidentielle a fait part de ses positions sur la situation en Syrie et les nouvelles relations à nouer avec les Etats-Unis de Donald Trump.

Dans son discours de candidature à l'élection présidentielle prononcé mercredi, Emmanuel Macron n'avait fait aucune allusion aux questions internationales. Alors ce vendredi matin, le journaliste d'Europe 1 qui l'interrogeait a voulu connaître ses positions sur la Syrie, la Russie et les Etats-Unis de Donald Trump. 

Lire aussi

Discuter avec la Russie pour trouver une solution au conflit syrien

A propos de la situation en Syrie, Emmanuel Macron a estimé que "la France ne peut pas laisser la Russie et les Etats-Unis décider du sort de la Syrie". "Aujourd'hui, les Russes se sont réincrits dans la situation syrienne et sont devenus un élément déterminant" a-t-il expliqué. C'est pourquoi selon lui, la "lutte contre l'islamisme radical et terroriste dans la région" passe par "une discussion exigeante et réaliste avec l'ensemble des puissances impliquées pour trouver une solution politique transitoire pour sortir du conflit". "La France doit savoir discuter avec les grandes puissances, même quand elles ne sont pas amies, c’est le cas de la Russie." Il pense aussi que : "Nous ne pouvons pas faire de l’exterminatin du régime d’al-Assad un préalable à toute décision. La priorité doit être la lutte contre Daesh, Al Nostra, etc."

"Je veux réancrer monsieur Trump dans le camp de l’Occident"

Concernant l'élection de Donald Trump, Emmanuel Macron a déclaré : "Quand on est un démocrate, c’est assez difficile de qualifier quelqu'un élu démocratiquement par un peuple allié. Notre relation doit être responsable. Les Etats-Unis sont un grand pays, une puissance alliée. Ces histoires dépasent les hommes." L'ancien banquier considère qu'avec Barack Obama, le pays s'est désengagé d'un certain nombre de zones de conflits. "Nous devons proposer aux Etats-Unis de poursuivre l’histoire commune. Je veux réancrer monsieur Trump dans le camp de l’Occident , du progrès, des droits de l’homme" a-t-il ajouté.


S'il est plus à l'aise sur les questions sociales, d'éducation et de travail et aborde peu les questions internationales, Emmanuel Macron devra continuer à s'exprimer sur ces sujets s'il veut paraître crédible au poste de président de la République.

En vidéo

Emmanuel Macron en campagne à Marseille, son premier déplacement en tant que candidat à la présidentielle

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter