Macron met en place sa stratégie en effectuant son premier déplacement en terres frontistes

STRATÉGIE - Emmanuel Macron aime répéter qu’il n’est ni de droite ni de gauche. Le désormais candidat à l’élection présidentielle veut dépasser les clivages pour "rassembler la France". Pour cela il entend affronter l’extrême-droite sur son propre terrain. Premier exemple concret ce jeudi, pour le premier déplacement du candidat Macron à Marseille.

Le discours de candidature à la présidentielle prononcé mercredi par Emmanuel Macron a été clair : il s'est posé en antidote aux extrêmes, en annonçant qu'il entendait porter le "progrès" et "l’espérance". L'ancien ministre a beaucoup parlé de la jeunesse et du travail et a choisi de ne pas évoquer les questions internationales. Il fait ainsi le pari d'aborder des sujets qui collent aux préoccupations des Français et qui sont souvent mis en avant par le Front national. 

Sur les terres du frontiste Stéphane Ravier

Alors ce n'est pas un hasard si ces jeudi et vendredi, Emmanuel Macron se rend dans les Bouches-du-Rhône, en terres frontistes. Il ira dans des zones périphériques, avec pour objectif de séduire les jeunes et les oubliés en leur parlant travail, école et territoires. Le candidat rendra tout d'abord visite à des étudiants de l'IUT d'Aix-Marseille dans le 13e arrondissement de Marseille, dont le maire n'est autre que le frontiste Stéphane Ravier.

En meeting là où a débuté la polémique sur le burkini

En fin d'après-midi, Emmanuel Macron donnera son premier meeting en tant que candidat dans la ville des Pennes-Mirabeau, dirigée par Michel Amiel, l'un des proches. C'est de cette commune qu'avait débuté, l'été dernier, la polémique autour du burkini. Une association souhaitait alors privatiser une journée le parc aquatique de la cité. Elle avait demandé à ce que la baignade en burkini y soit autorisée pourl'occasion. Cette affaire avait provoqué de nombreuses réactions dans la classe politique, qui s’était emparée du sujet. Le premier arrêté interdisant le port de vêtements religieux sur les plages avait ensuite été pris par la ville de Cannes le 11 août. 


Cette visite à Marseille, au cours de laquelle il rencontrera de nombeaux élus, pourrait aussi être l'occasion pour Emmanuel Macron de tâter le terrain en vue des élections législatives. Il se murmure dans la cité phocéenne qu'en cas d'échec à la présidentielle, l'ex-banquier pourrait en effet briguer une investiture dans les environs.

En vidéo

Samia Ghali à Emmanuel Macron : "Je lui apporte mon amitié"

En vidéo

Présidentielle 2017 : la candidature d'Emmanuel Macron éveille la curiosité sur Google

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter