Manifs anti-FN : pour Philippot, les "antifas" sont "des crasseux" et les Femen "obéissent à leurs maîtres"

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

HYGIENE - Invité de LCI ce mardi matin, le numéro 2 du Front national, Florian Philippot, a réagi aux manifestations hostiles à Marine Le Pen la veille, lors de son meeting au Zénith de Paris. Pour qualifier ces opposants, il a employé une expression qui n'est pas habituelle chez lui.

Le terme employé n'est pas nouveau pour un mouvement d'extrême droite, mais plutôt rare dans la bouche de Florian Philippot. D'ordinaire policé, le numéro 2 du Front national a réagi assez vivement ce mardi sur notre antenne aux manifestations anti-FN qui ont émaillé le grand meeting de Marine Le Pen, la veille au Zénith, dans le XIXe arrondissement de Paris. 

Evoquant ces manifestants (qui s'en sont pris notamment au député Gilbert Collard), des "antifas" selon Florian Philippot, ce dernier a estimé que "ces extrémistes d'extrême gauche" avaient été par le passé responsables de plusieurs manifestations qui avaient "dégénéré", bénéficiant de "l'impunité" de la part des pouvoirs publics. 

Lire aussi

"Crasseux"

Pour montrer son aversion pour ces manifestants, Florian Philippot a ensuite laissé échappé un terme qui n'est pas habituel chez lui : 

Les antifas sont des fascistes d'extrême gauche. Des crasseux, quoi. Oui, des crasseux... Ils sont très bêtes en plus quand vous discutez avec eux- Florian Philippot

Il y a quelques jours, une autre personnalité du parti d'extrême droite avait employé le même terme, mais à l'adresse d'un candidat à la présidentielle. La députée FN Marion Maréchal-Le Pen avait alors pris pour cible le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste, Philippe Poutou, pour son attitude lors du débat télévisé. 

"Les journalistes se sont trouvé un nouveau petit chouchou, le petit Poutou", avait-elle lancé lors d'un meeting. Ajoutant : "Comme si le prolétaire était forcément crasseux, mal rasé, mal élevé". Il faut dire qu'elle venait de croiser elle-même des manifestants anti-FN, qu'elle avait qualifiés ainsi : des "punks à chien" et des "fumeurs de chichon", qui ne représentent pas "les gens de la vraie vie".

Les Femen obéissent à "leurs maîtres"

Avant de s'en prendre aux "antifas", Florian Philippot a également tancé les Femen, qui ont aussi mené une action lors du meeting de Marine Le Pen. "On ne les a pas vues au rassemblement de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF). Elles sont un peu moins courageuses, ou bien elles obéissent à leurs maîtres qui ne défendent pas une cause sincère". 

Ce à quoi les Femen ont répondu mardi matin dans un tweet, montrant qu'elles avaient bien manifesté contre l'UOIF dans le passé : 

En vidéo

L'intégralité de l'interview de Florian Philippot sur LCI

Suivez la présidentielle sur notre page spéciale

Le 23 avril et le 7 mai, retrouvez les résultats sur notre page spéciale

Face à la dynamique confirmée de Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, le Front national cible tout particulièrement la gauche radicale et l'extrême gauche depuis plusieurs jours. Florian Philippot a d'ailleurs visé le candidat de la France insoumise, qui avait participé à une manifestation contre les violences policières à Paris, une manifestation qui, rappelle-t-il, "avait dégénéré dans la violence". 

Lire et commenter