Manuel Valls ne soutient pas Benoît Hamon mais se défend de toute trahison

PRÉSIDENTIELLE - Dans une tribune publiée dans le "Journal du Dimanche", Manuel Valls se défend de toute trahison envers Benoît Hamon, à qui il n'a pas apporté son soutien pour la campagne présidentielle. "Quelle est donc cette trahison qui consiste à rester fidèle à ses idées et cohérent avec ses engagements ?" écrit-il.

Depuis qu'il a remporté la primaire de la gauche, Benoît Hamon n'a pas reçu le soutien de Manuel Valls. Mardi, l'ancien Premier ministre a annoncé son refus d'accorder son parrainage d'élu au candidat du Parti socialiste à la présidentielle en raison de leurs désaccords. Mais il se défend de toute trahison dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche. "Quelle serait donc cette trahison qui consiste à refuser ce cynisme ambiant où l'on promet tout et son contraire, où l'on signe des chèques en bois (...) ? Quelle est donc cette trahison qui consiste à rester fidèle à ses idées et cohérent avec ses engagements ?" se justifie-t-il.

"Certains ont voulu faire de cette cohérence une prétendue trahison"

"Depuis le soir du second tour de la primaire de la gauche, j'ai respecté scrupuleusement la règle que je m'étais fixée : prendre le recul nécessaire, ne m'exprimer qu'avec un seul souci, l'intérêt du pays, et une seule ligne de conduite - la seule qui vaille - la cohérence" écrit l'ancien Premier ministre. "Quelle ne fut pas mon incrédulité quand certains, gardiens autoproclamés d'une pureté idéologique, ou d'autres, se revendiquant comme les seuls légataires de la gauche, ont voulu faire de cette cohérence une prétendue 'trahison'."


"La gauche dans laquelle je me reconnais, c'est celle qui refuse la facilité des postures, qui agit dans la conquête du pouvoir avec la même exigence qu'impose l'exercice des responsabilités. Cette gauche, qu'avec tant d'autres j'ai toujours défendue, n'organise pas la rupture - comme c'est le cas aujourd'hui - avec l'ambition de présider aux destinées de notre pays, comme nous venons de le faire depuis cinq ans. Je ne suis pas de ceux qui ont des états d'âme quand il s'agit de revendiquer notre bilan" continue-t-il en visant clairement Benoît Hamon.

Benoît Hamon regrette la position de Manuel Valls

Mardi sur TF1, Benoît Hamon avait déploré l'absence de soutien de Manuel Valls. "Je ne me sens pas trahi mais sans doute les électeurs de la primaire se sentent-ils trahis. En démocratie, le respect de la parole donnée est important."

En vidéo

Benoît Hamon sur TF1 : "Je ne me sens pas trahi"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter