Marié à la présidentielle, divorcé aux législatives... Face au FN, que veut donc Nicolas Dupont-Aignan ?

Marié à la présidentielle, divorcé aux législatives... Face au FN, que veut donc Nicolas Dupont-Aignan ?
Élections Municipales 2020

MYSTERE - Nicolas Dupont-Aignan avait créé l'indignation d'une partie de ses troupes en choisissant de rallier Marine Le Pen avant le second tour de la présidentielle. Le patron de Debout la France, invité dimanche à 18 heures du Live politique sur LCI, se présente désormais volontairement contre le FN aux législatives. Pourquoi ?

Comprenne qui pourra. Entre les deux tours de l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan, fondateur de Debout la France, avait annoncé en grande pompe son soutien à la candidature de Marine Le Pen au nom du ralliement des "patriotes" contre la figure honnie du "mondialisme" incarnée, selon lui, par Emmanuel Macron. A l'époque, il était question de réserver une centaine de circonscriptions aux législatives où les deux listes, FN et DLF, se désisteraient mutuellement.

Après l'échec de Marine Le Pen au second tour, la magie qui unissait les deux mouvements s'est brutalement estompée. Il y a une semaine, Nicolas Dupont-Aignan, qui est l'invité du Live Politique de LCI à 18 heures ce dimanche, estimait que le FN ne pouvait "pas avoir le monopole de l'opposition". Et annonçait dans la foulée que son parti investirait des candidats dans la quasi totalité des circonscriptions, rendant caduque le compromis. 

Lire aussi

Ne pas être assimilé au FN

Les candidats FN et DLF s'affronteront donc bien au premier tour, y compris dans la 8e circonscription de l'Essonne, où se présente Nicolas Dupont-Aignan. Un désaccord mutuel ? Pas selon un indiscret du JDD. Selon ce dernier, la compétition entre les deux mouvements sur cette circonscription serait le seul fait du député-maire gaulliste de Yerres. L'hebdomadaire raconte que Nicolas Dupont-Aignan aurait réclamé au directeur de campagne du FN, Nicolas Bay, d'investir un candidat frontiste sur son territoire. Explication d'un proche de Marine Le Pen cité par le JDD

Il ne veut plus du tout être assimilé au FN, il avait donc besoin d'un adversaire pour marquer localement sa différence- Un proche de Marine Le Pen

En vidéo

Edouard Philippe nommé Premier ministre : "Les Français vont vite déchanter", anticipe Nicolas Dupont-Aignan

"Localement" : Nicolas Dupont-Aignan n'a jamais caché que son trésor était son ancrage à Yerres, ville de l'Essonne dont il est un maire particulièrement bien élu. Or, au second tour de la présidentielle, les habitants de sa commune ont manifestement fait, pour une majorité d'entre eux, une lecture bien différente de la situation politique. Marine Le Pen n'obtenu que 31,53% des suffrages, soit moins qu'au plan national, loin derrière les 68,47% d'Emmanuel Macron. Au premier tour, dans cette localité, le patron de Debout la France était pourtant arrivé premier,  avec 28,6% des voix...

Le résultat présidentiel a-t-il obligé l'intéressé à changer de stratégie face au FN pour sauver sa circonscription ? Ce qui est sûr, c'est que le député, candidat à sa réélection, a lâché un peu le terrain national pour se consacrer à ses ouailles. 

Toute l'info sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Les électeurs de Nicolas Dupont-Aignan trancheront donc sur cette stratégie. Mais au niveau national, cet aller-retour vers le FN a manifestement semé la confusion chez DLF. Alors qu'une partie des responsables avaient désapprouvé l'alliance avec Marine Le Pen, deux lieutenants font le chemin inverse, en se présentant directement sous l'étiquette FN aux législatives : c'est le cas de Maxime Thiébaut en Saône-et-Loire, et de Laurent Jacobelli dans les Bouches-du-Rhône. "Ceux qui cherchent des postes montrent leur vrai visage", s'est agacé le gaulliste, ne pouvant que constater les défections. 

En revanche, Nicolas Dupont-Aignan semble se tourner désormais de l'autre côté, vers les déçus des Républicains qui désapprouveraient le rapprochement entre certains responsables de droite et le gouvernement Macron. "J'appelle les militants et les électeurs LR sincères, écoeurés par cette trahison, à rejoindre Debout la France pour réunir la famille gaulliste et républicaine", clame-t-il dans un communiqué publié samedi. "Plus de 400 candidats ont été investis par Debout la France et incarneront une opposition sans compromission à la politique qui sera menée par le gouvernement." Contre Emmanuel Macron, certes, mais avec ou contre le FN ? 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent