Marine Le Pen s'attire les foudres des fonctionnaires, un mauvais calcul électoral ?

PRÉSIDENTIELLE - Dimanche lors d'un meeting à Nantes, Marine Le Pen a mis en garde les fonctionnaires qui seraient tentés de mettre "en jeu leur propre responsabilité" sous le pouvoir actuel, s'attirant les foudres de syndicats de magistrats et de policiers. Un calcul surprenant à deux mois du premier tour de la présidentielle, alors que le FN bénéficie d'une belle cote dans la fonction publique.

Marine Le Pen, dont le parti est visé par plusieurs enquêtes judiciaires, a dénoncé ce dimanche à Nantes la tentation d’un "gouvernement des juges" et a adressé une mise en garde aux agents de la fonction publique qui mettent "en jeu leur propre responsabilité" sous le pouvoir actuel. "L’Etat de droit est le contraire du gouvernement des juges […]. Les magistrats sont là pour appliquer la loi, pas pour l’inventer, pas pour contrecarrer la volonté du peuple, pas pour se substituer au législateur" a lancé à ses militants la présidente du parti. "Dans quelques semaines, ce pouvoir politique […] aura été balayé par l’élection" a-t-elle continué. Et de menacer : "Mais ces fonctionnaires, eux, devront assumer le poids de ces méthodes illégales (du gouvernement), car elles […] elles mettent en jeu leur propre responsabilité."

Des "menaces édifiantes" et "des propos menaçants"

Suite à ces propos, la candidate à l'élection présidentielle s'est attirée les foudres de nombreux syndicats de magistrats et de policiers. L’Union syndicale des magistrats a dénoncé "les menaces à peines voilées et inédites de représailles de l’encontre des ‘fonctionnaires’ en charge d’une des affaires concernées". Pour le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, "au mépris affiché pour la justice viennent de s’ajouter des menaces édifiantes : […] Marine Le Pen promet, si elle accédait au pouvoir, de demander des comptes aux policiers et aux juges en guise de représailles." Quant au syndicat de police Alliance, plutôt classé à droite, il déplore "la gravité de ces propos menaçants".


Les propos de Marine Le Pen, à l'égard d'un corps longtemps courtisé par le Front national, surprennent.  "C’est à contre-courant des messages envoyés depuis un an par le Front national. La petite fonction publique est clairement un électorat ciblé par le FN. Tout au long de l’année 2016, le FN n’a eu de cesse de chercher à séduire les agents de la fonction publique hospitalière, les enseignants…. Même si ce week-end, Marine Le Pen visait surtout la haute fonction publique, c’est un changement de message", estime Nicolas Lebourg, chercheur à l’université de Montpellier et historien de l’extrême-droite interrogé par France 24

52% des policiers prêts à voter pour Marine Le Pen

Et cette opération séduction du FN envers les fonctionnaires a porté ses fruits puisqu'aujourd'hui, Marine Le Pen serait leur candidate préférée. Selon un sondage Cevipof publié au début du mois de janvier, elle arrive en tête des intentions de vote des fonctionnaires au premier tour de la présidentielle (entre 20,7% et 22,2%). Si les hauts fonctionnaires (de catégorie A) ne plébiscitent pas la présidente du FN, elle a la préférence des fonctionnaires de catégorie B et C (entre 21,3% et 27,6%). La présidente du Front national obtient ses meilleurs scores dans la fonction publique hospitalière (22,7%). 52% des policiers se disent prêts à voter pour la présidente du FN au premier tour de la présidentielle, de même que 44% des militaires et gendarmes.


Dans son programme, Marine Le Pen ne ménage pourtant pas sa peine à l'égard des fonctionnaires : elle propose ainsi de dégeler et de revaloriser leur point d’indice. Elle souhaite également maintenir au maximum les hôpitaux de proximité et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière. Concernant la police, elle veut recruter 15.000 policiers et gendarmes, et leur permettre de se recentrer sur leurs missions de sécurité publique en les libérant des tâches indues et administratives.

En vidéo

Meeting sous tension de Marine Le Pen à Nantes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter