Marseille : la course contre la montre de Patrick Mennucci

Marseille : la course contre la montre de Patrick Mennucci

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES – A 4 jours du 1er tour des municipales, le candidat socialiste multiplie les visites de quartiers pour donner un coup de boost à une campagne électorale qui a eu du mal, selon lui, à décoller chez les Marseillais.

Au milieu des forains du marché bio de la Plaine, Patrick Mennucci, milite en terrain conquis. Dans un quartier plutôt porté à gauche, le candidat socialiste aux municipales à Marseille, serre des mains, hèle les passants, comme il l’avait fait quelques jours précédents le 1er tour des primaires. Par superstition ? "Pas du tout. S’il y a bien une qualité ou un défaut que je n’ai pas, c’est d’être superstitieux", répond-il avant de lancer : "je ne crois qu’au travail".

Un "travail" qui se matérialise avant tout sur le terrain pour donner un dernier coup d’accélérateur à une élection qui a eu du mal, selon lui, à décoller chez les Marseillais. "On a eu une campagne comme je n’en ai pas connu, avec des vacances au milieu, sans véritable emballement, mais avec plus d’interrogations". Mais depuis 15 jours, "les choses ont changé, assure-t-il, les gens viennent nous parler, je sens que cette campagne nous porte, je le vois, j’ai une grande confiance".

Pas de débat au second tour ?

Malgré cet optimisme de rigueur, l’intérêt relatif des Marseillais pour l’élection risque d’avoir un impact sur l’abstention. Mais là aussi, pas d’inquiétude, selon le candidat, bien décidé à aller chercher les "35 % d’électeurs indécis". S’il "ne regrette rien" dans cette campagne, il reconnaît une chose : "j’aurai aimé avoir un débat avec Jean-Claude Gaudin . Mais il n’en veut pas car il sait qu’il ne peut pas l’emporter sur la connaissance des dossiers".

Pour le moment, rien n’a été décidé entre les deux équipes de campagne en ce qui concerne le deuxième tour. "On le souhaite, mais j’ai le sentiment qu’il n’y en aura pas", confie le directeur de campagne de Patrick Mennucci, Yves Botton. Une absence de confrontation qui pourrait être une épine dans le pied du candidat cherchant à prouver sa connaissance des dossiers.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter