Marseille : le Front de Gauche créera-t-il la surprise aux municipales ?

Marseille : le Front de Gauche créera-t-il la surprise aux municipales ?

DirectLCI
POLITIQUE - A moins de 2 mois des élections municipales, des tendances se dégagent. Estimée autour de 9% d’intentions de vote dans plusieurs sondages, la liste Front de Gauche, emmenée par Jean-Marc Coppola, pourrait être la surprise du premier tour. Rencontre.

L’échéance électorale approche à grands pas. L’horloge tourne mais pas la tête du leader du Front de Gauche à Marseille. "Cela fait un an qu’on est en campagne. Nous sommes prêts", sourit Jean-Marc Coppola. Son petit bureau au conseil régional est envahi de dossiers ; là aussi le vice-président de la collectivité territoriale joue la carte de l’assurance. "C’est mon lot quotidien. Je suis habitué" tempère-t-il.

Le premier tour des élections municipales se joue dans moins de 2 mois. Les sondages commencent à s’empiler et des tendances se dégagent. La gauche de la gauche, qu’il emmène, est créditée de 9% d’intentions de vote . "Jean-Luc Mélenchon avait fait 14 % à Marseille pour la présidentielle, j’aimerais me rapprocher de ce score". Un chiffre quin'a pas échappé à Patrick Mennucci, le candidat socialiste qui a multiplié les appels du pied pour une fusion des listes dès le premier tour, comme ce fut le cas avec EELV . Le Front de Gauche a refusé. "Nous sommes désintéressés à titre personnel. Nous avons l’intérêt général des Marseillais vissé au corps ", soutient le candidat Coppola.

Préférer les propositions aux promesses

De ses années comme syndicaliste à la CGT cheminot, Jean-Marc Coppola garde la niaque quand il s'agit de défendre ses propositions. Campagne électorale oblige, il ne se prive pas d’égratigner ses adversaires, en évitant soigneusement d’être vindicatif. Exemple sur les circonstancielles promesses électorales : "Il faudrait être un piètre menteur pour proposer la création de milliers d’emplois sur plusieurs mandats [Patrick Mennucci avait fait des déclarations en ce sens ndlr]. Je trouve ça présomptueux voire même dangereux. Il faut entendre le discrédit de la politique et être réaliste dans ses propositions", clame l’actuel conseiller municipal des quartiers Nord.

Son programme, Jean-Marc Coppola affirme l’avoir élaboré avec "des gens qui comprennent Marseille". Pour l’emploi, le candidat Front de Gauche souhaite par exemple redynamiser le port, sur le modèle de La Ciotat : "Cette ville n’était jadis que le 'bronze cul' de la côte, heureusement qu’on a eu l’idée d’y développer les chantiers navals. A Marseille il est possible de prendre le même tournant en réindustrialisant le port. Je propose par exemple d’y accueillir les travaux de démentelement du Costa Concordia."

Jean-Marc Coppola se dit également flatté des "copier/coller de son programme" par les socialistes. Une référence à sa proposition de gratuité des transports. Des fourmis dans les jambes, la tête de liste Front de Gauche reconnaît surtout attendre impatiemment les premiers débats contradictoires.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter