Marseille : le Front National dévoile ses candidats pour les municipales

Marseille : le Front National dévoile ses candidats pour les municipales

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - A moins de 2 mois du premier tour des élections municipales, le casting du FN vient de changer à Marseille. Deux remplacements ont été opérés sur des secteurs considérés par les observateurs comme « perdus d’avance » face aux poids lourds de la politique locale Patrick Mennucci et Jean-Claude Gaudin.

La photo de famille n’est pas celle imaginée qui avait été imaginée en premier lieu. Sur le quai du Vieux-Port, à l’heure de présenter ses têtes de liste aux prochaines municipales, Stéphane Ravier, le secrétaire départemental du FN, fait bonne figure. Pourtant, à 2 mois de l’échéance électorale, le casting marseillais a changé. "Certaines personnes pressenties n’étaient plus assez disponibles alors que nous avons besoin de toutes nos forces pour aller au contact des Marseillais" révèle Stéphane Ravier.

Le premier changement est opéré dans le bastion de Jean-Claude Gaudin les VIème/VIIIème arrondissements. Michel Cataneo, nouveau venu en politique refuse pourtant l’étiquette de candidat sacrifié d'entrée de jeu. "Contrairement au PS qui place également une novice, nous pensons avoir nos chances ici. Surtout dans le VIème arrondissement, où l’on retrouve énormément de déçus de la gauche. Nous profiterons du vote sanction", pronostique cet ancien militant UMP.

"Nous jouons pour gagner"

L’autre "nouveau" est un ancien gendarme reconverti dans la restauration. Dominique Demeester hérite lui aussi d’un gros morceau, les Ier et VIIème arrondissements du maire de secteur sortant et tête de liste socialiste Patrick Mennucci. Le candidat bleu marine refuse pourtant de parler de mission suicide. « Quand je vois le bilan de Mennucci, en terme d’immobilisme et de clientélisme, c’est impossible de faire pire », se moque Dominique Demeester.

Après la claque des dernières municipales (8,76% au premier tout des élections de 2008), Stéphane Ravier s’attend à inverser la tendance. Les sondages donnent le FN plus de 20% au premier tour. Le leader local du parti d’extrême droite n’entend pas pour autant jouer les arbitres entre le PS et l’UMP : "nous jouons pour gagner, pas pour distribuer des cartons jaunes" coupe Stéphane Ravier.

Quelques mètres plus loin, Bernard Marandat, candidat dans les quartiers nord écoute attentivement. Sourire aux lèvres, l’unique conseiller municipal marseillais du FN se dit lui certain qu’après le mois de mars, il se sentira moins seul dans l’hémicycle.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter