Marseille : "les gars du PS ou de l’UMP, on ne les voit que la veille des élections"

Marseille : "les gars du PS ou de l’UMP, on ne les voit que la veille des élections"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES – C’est la grosse surprise de ce 1er tour des élections municipales à Marseille. La liste Bleu Marine du Front national est arrivée en deuxième position dans l’ensemble de la ville, derrière celle de l’UMP, mais devant celle du PS. Une percée encore plus marqué dans les 13ème et 14ème arrondissements où le candidat Stéphane Ravier est arrivé en tête.

Sortie de métro. Dans le dédale du marché de Frais-Vallons dans le 13ème arrondissement de Marseille, le débat sur les élections municipales ne semble pas passionner les riverains. "Pas le temps. Et puis de toute façon, je n’en ai rien à faire", tranche un habitant qui presse le pas vers les grandes tours  juste à côté. Un bref témoignage qui illustre le désamour pour la politique dans ce quartier où l’abstention a battu des records au 1er tour. Mais où surtout, le Front national est arrivé en tête dimanche soir.

Un vote "totalement assumé" par Sabrina, jeune mère de famille. "C’est vrai qu’au début je ne voulais pas car j’ai toujours voté socialiste. Mais comme la sécurité pour moi et mes enfants ne s’arrange pas, je préfère voter FN. Eux au moins, ils veulent faire quelque chose", assure-t-elle tout en reconnaissant ne pas connaître le nom du candidat frontiste dans son secteur. "Les gens ne savent pas pour qui ils votent car ils veulent juste se défouler, pénaliser les autres partis", estime Kader, forain au marché du quartier. "Les gars du PS ou de l’UMP, on ne les voit que la veille des élections poursuit-il, le reste du temps, ils s’en foutent de nous ".

Une victoire en mairie de secteur possible

Qualifié de "21 avril marseillais", la percée du Front national à Marseille au soir du 1er tour a surpris nombre de commentateurs comparant la situation avec celle des présidentielles de 2008. Comme Jean-Marie Le Pen en son temps, le FN (23 %) a réussi à s’imposer, le temps d’un scrutin, comme la deuxième force politique dans la deuxième ville de France, derrière l’UMP (37,7 %) et devant le PS (20,7 %). Dans les 13ème et 14ème arrondissements, Stéphane Ravier (32,88 %) est même en passe de l’emporter.

"On assiste dans ce secteur à l’effondrement des réseaux de la députée socialiste, Sylvie Andrieux", constate le doctorant, Joël Gombin . Selon ce spécialiste du Front national, la hausse de ce parti dans les quartiers Nord, "ne s’explique pas tant par une adhésion aux idées frontistes, mais plus par une faible mobilisation des électeurs PS". La preuve en chiffres. En 2012, le FN avait récolté 79 000 voix à Marseille. Au 1er tour des municipales, il n’en obtient que 59 000. "Ça leur laisse une réserve de voix pour le second tour ajoute-t-il. Une victoire de Stéphane Ravier n’est pas de l’ordre de l’impossible".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter