Mélenchon répond à Fillon : "S'il y a un Ubu dans la confusion mentale et politique, c'est plutôt lui que moi"

Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

RÉPLIQUE - En meeting à Toulouse, Jean-Luc Mélenchon a longuement ironisé sur les accusations de François Fillon, qui le présentait en "Ubu" faisant appel aux "émotions" des électeurs plutôt qu'à leur "raison".

Jean-Luc Mélenchon n'a pas attendu très longtemps pour répliquer aux attaques de François Fillon, qui le qualifiait ce week-end de "roi Ubu" dont la montée dans les sondages "est sans doute émotionnelle, certainement pas rationnelle".

Dimanche, lors de son meeting à Toulouse, le candidat de La France insoumise a longuement répondu à son concurrent de droite, celui qui passe, dit-il, "tout son temps en bondieuseries depuis deux jours", à l'occasion du week-end pascal. Jean-Luc Mélenchon a notamment riposté à propos de ce rapprochement avec les pays d'Amérique latine qu'il défend sous l'égide de l'Alliance bolivarienne (Alba), et qui lui a valu de nombreuses attaques de ses opposants.

Lire aussi

"Confusion mentale"

François Fillon accusait notamment Jean-Luc Mélenchon de "fantasme" à propos de cette alliance entre la France et l'Amérique du sud. "On me dit qu'on est dans une sorte de fantasme... C'est toujours flatteur à mon âge", a plaisanté le tribun devant ses nombreux supporteurs réunis à la Prairie des Filtres. 

Avant de rétorquer à François Fillon, toujours sur le terrain des relations internationales : 

S'il y a un Ubu qui est dans la confusion mentale et politique, c'est plutôt lui que moi. Je vais vous dire pourquoi : il s'est pris à critiquer un accord fiscal avec le Qatar en oubliant que c'est lui qui l'avait signé !- Jean-Luc Mélenchon

Et de fustiger celui qui dirigeait le gouvernement lorsque la France "a invité, pour le défilé du 14-Juillet,  l'émir du Qatar". 

Dans la même veine, Jean-Luc Mélenchon s'est amusé que François Fillon le dépeigne comme un "communiste". "C'est un reproche tout à fait supportable", a ironisé le candidat, avant d'ajouter : "Du temps où François Fillon était Premier ministre, son parti, l'UMP, a conclu un accord de coopération fraternelle avec le Parti communiste chinois"...

Et aussi

Lire et commenter