Ministres (ou ex-ministres), parlementaires, élus… Qui soutient désormais Macron ?

RALLIEMENT – Conforté par les sondages, le favori de l’élection présidentielle voit venir à lui de plus en plus de personnalités politiques. Centristes, élus de gauche ou de droite, qui compose la galaxie Macron ?

Presque plus une journée ne s’écoule sans qu’une personnalité politique n'annonce son soutien à Emmanuel Macron. En confortant son avance sur François Fillon au premier tour, il voit la probabilité d’affronter (et de battre) Marine Le Pen au second être chaque jour renforcée. 


Pas étonnant donc dans ces conditions de voir des hommes et des femmes politiques (dont certains avaient disparu des écrans-radars) prendre parti pour le candidat d’En Marche. Et compte tenu de sa volonté de dépasser le clivage droite-gauche, ces nouveaux soutiens viennent d’horizons divers… 

Les soutiens de la droite

Ce sont les moins nombreux (pour le moment en tout cas). Le passé d’ancien ministre de François Hollande suscite encore des réticences chez une partie des élus de droite, qui seraient pourtant tentéspar  la méthode Macron. La semaine dernière, le premier parlementaire LR à avoir franchi le Rubicon est le juppéiste, Jean-Baptiste Lemoyne. Depuis, son parti a engagé une procédure d’exclusion à son encontre.


Le jeune énarque est par ailleurs très populaire chez les chiraquiens. Le Parisien évoque ce dimanche un probable ralliement de Dominique de Villepin. Outre le soutien du petit-fils de l’ancien président, Emmanuel Macron a également vu plusieurs anciens ministres de Jacques Chirac le rejoindre : Jean-Paul Delevoye, Renaud Dutreil, Alain Madelin, Anne-Marie Idrac, Serge Lepeltier ou encore, plus récemment, Philippe Douste-Blazy et Dominique Perben.

La galaxie centriste de Macron

L’appel à dépasser le traditionnel clivage droite-gauche d’Emmanuel Macron a naturellement séduit de nombreux centristes, au premier rang desquels François Bayrou. Le maire de Pau et son parti, le Modem, sont depuis fin février, pleinement engagés dans la campagne présidentielle de l’ex-pensionnaire de Bercy. 


Ce dimanche, une dizaine de sénateurs centristes, dont l’ex-garde des Sceaux, Michel Mercier, ont signé une tribune pro-Macron dans le JDD. Un engagement précédé il y a quelques jours par celui du député UDI, Philippe Folliot, qui refuse de soutenir François Fillon malgré l’accord entre son mouvement et les Républicains. 


Avant eux, Emmanuel Macron avait déjà accueilli les ralliements de l’ex-ministre de l’Economie, Jean Arthuis, des eurodéputés Jean-Marie Cavada et Corinne Lepage.

La gauche surreprésentée

Le candidat qui veut incarner le renouvellement politique a reçu le soutien de plusieurs figures de gauche, désormais en retrait de la vie politique après des décennies d’engagements : Bertrand Delanoë, Daniel Cohn-Bendit, Bernard Kouchner, Jean-Paul Huchon ou encore Robert Hue.


Au sein du gouvernement, si une majorité de ministres restent fidèles à Benoît Hamon, le candidat de leur parti, Jean-Yves Le Drian, Barbara Pompili et Thierry Braillard ont officialisé il y a quelques jours leur ralliement au fondateur d’En Marche. Tout comme le maire de Quimper et conseiller de François Hollande, Bernard Poignant et l’ex-candidat à la primaire de la gauche, François de Rugy.

En vidéo

Pourquoi Pompili soutient Macron

Un certain nombre de députés PS sont également tiraillés entre la tentation Macron et la fidélité à leur parti. Compte-tenu de leur longue carrière, certains peuvent toutefois se permettre de trancher en faveur de l’ancien ministre de l’Economie. C’est le cas de François Loncle et de Réné Dosière, qui ont récemment annoncé leur choix de voter Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle.


Depuis son départ du gouvernement, Emmanuel Macron peut néanmoins compter sur une base de parlementaires fidèles qui avaient repéré avant beaucoup d’autres son ambition. Il y a naturellement Richard Ferrand, devenu entre-temps secrétaire général d’En Marche, Christophe Castaner, Arnaud Leroy, Nicole Bricq, François Patriat, sans oublier le maire de Lyon, Gérard Collomb.

En vidéo

Grand débat : Macron, cible préférée de tous ses adversaires

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter