Ville à 30 km/h, 3e bois parisien, minimum social... Anne Hidalgo revoit son projet à l'aune de l'alliance avec EELV

Anne Hidalgo a scellé une alliance avec David Belliard (EELV) en vue du second tour à Paris.
Élections Municipales 2020

MUNICIPALES - La maire sortante de Paris Anne Hidalgo (PS) et David Belliard (EELV) ont scellé dans un "manifeste" un programme commun, conséquence de l'alliance passée en vue du second tour. Plusieurs mesures marquent cet accord, dont la réduction de la vitesse dans les rues de la capitale.

Anne Hidalgo verdit son projet après l'alliance passée avec les écologistes. Dans un manifeste commun publié mardi, la maire PS sortante de Paris et le chef de file d'EELV David Belliard énoncent une série de mesures à forte connotation environnementale à douze jours du second tour des élections municipales, où elle apparaît favorite. 

Si le manifeste, publié par la fondation Terra Nova, reprend en grande partie des propositions faites par l'équipe de Paris en commun avant le premier tour, parmi lesquelles la piétonisation de nombreuses rues de la capitale, le principe d'une ville "100% cyclable" ou l'alternative végétarienne dans les cantines, plusieurs mesures marquent l'accord passé avec les écologistes. 

Ville à 30 km/h et traversée piétonne du périph'

Parmi les propositions les plus symboliques figure celle visant à généraliser le passage en zone 30 dans l'ensemble de la capitale.  "Nous limiterons la vitesse dans Paris à 30 km/h", indiquent les deux candidats, qui promettent également de "renforcer la verbalisation des véhicules et deux roues trop bruyants grâce à de nouveaux radars acoustiques". 

Le nouveau projet prévoit également une transformation en profondeur du boulevard périphérique, dans le viseur des écologistes depuis de nombreuses années, où la vitesse avait déjà été abaissée à 70 km/h sous le mandat de Bertrand Delanoë. Si une nouvelle réduction de la vitesse à 50 km/h n'est pas mentionnée expressément dans le document, le duo veut "transformer le deux fois quatre voies du boulevard périphérique en un boulevard urbain apaisé", d'abord par la création d'une "voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage)", puis en réduisant "progressivement le nombre de voies de circulation". Il s'agirait également de "donner plus de place à la nature" et permettre de traverser le périphérique "à pied ou à vélo". 

En matière de circulation, la candidate PS et son allié écologiste veulent "accélérer la sortie du diesel" (dès 2024) et généraliser les mesures préventives de circulation alternée, avant même qu'un seuil d'alerte à la pollution ne soit déclenché. 

Un "troisième bois" parisien

Le manifeste reprend en outre une proposition écologiste sur un projet qui divisait depuis plusieurs années la majorité, le secteur de Bercy-Charenton. Dans ce quartier où, initialement, la municipalité prévoyait un programme d'urbanisation avec de nombreux bureaux et logements à la clé, il est désormais question de "créer un troisième bois", en référence aux deux autres bois parisiens, celui de Boulogne et celui de Vincennes, à l'ouest et à l'est de la capitale. 

Dans la même veine, la maire sortante promet également de planter "170.000 arbres dans la mandature" sur l'ensemble du territoire parisien. Une autre proposition des écologistes a été retenue, celle visant à "refaire vivre la Bièvre", un affluent de la Seine qui circulait dans les rues de Paris et qui a été progressivement enterré. 

Lire aussi

Un "minimum social garanti"

Enfin, les candidats proposent d'expérimenter une mesure préconisée par les écologistes, et déjà mise en oeuvre par la municipalité écolo de Grande-Synthe, dans le Nord : le minimum social garanti

"Nous engagerons avant la fin de l'année 2020 une conférence citoyenne pour étudier les contours possibles d'une expérimentation (localisée et ciblée sur un public) d'un minimum social garanti pouvant être mis en oeuvre à Paris", énoncent prudemment les candidats, précisant que le projet se fera "en étroite articulation avec les territoires de la métropole volontaires". Ce revenu minimum serait donc à distinguer d'un revenu universel, qui consiste à verser un revenu minimal à toute une population. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent