Municipales à Lille : la société civile entre en campagne

Municipales à Lille : la société civile entre en campagne

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – A mesure que les élections municipales arrivent, les personnalités locales rattachées aux listes des candidats sont mises sur le devant de la scène. Metronews les a rencontrées pour en savoir plus sur leurs motivations profondes.

Ils viennent de la société civile, mais ils ont décidé de participer à l'aventure des municipales. Pour les partis politiques, c'est devenu un rituel. A chaque élection locale, les partis mettent en avant leurs personnalités sélectionnées pour leur expertise ou leur réputation reconnue au sein du tissu local.

A l'occasion de sa nouvelle liste , Martine Aubry a décidé de recréer un groupe de personnalités sans étiquette. Parmi celui-ci, Dominique Picault, directrice de la stratégie au CHR, qui avait le désir "d'agir localement" : "Mon envie première est de concrétiser mes valeurs de solidarité en travaillant en équipe, confie-t-elle. Je compte bien apporter une série de contributions et qu'elle soient appliquées."

Du temps au service d'une candidature

De l'expérience, Michel Soussan en a lui aussi accumulée. Il a passé quarante ans à l'Education nationale où il a terminé sa carrière en tant qu'Inspecteur de l'Académie du Nord. Aujourd'hui consultant, il a décidé de se dégager du temps au service de la candidature de Jean-René Lecerf (UMP-UDI) : "J'ai décidé de me mettre sur le devant de la scène d'abord par amitié, raconte-t-il. Je ne suis pas encarté. Je souhaite juste mettre mon expérience au service de la cité."

Un dévouement que partage François Kinget, ostéopathe de son état, également sur la liste d'opposition dont il est le directeur de campagne : "De par ma profession libérale, je peux me dégager des journées, glisse ce jeune trentenaire. Je dois aussi sacrifier du temps familial, mais je le fais au service de l'alternance dont Lille a tant besoin."

Souvent critique sur certains projets ayant trait au patrimoine, Didier Joseph-François a pourtant quitté la présidence de la célèbre association Renaissance du Lille ancien, pour se lancer dans l'arène politique au côté de Martine Aubry. "Pour moi, c'est une évolution naturelle, note cet architecte de formation. La ville de Lille a énormément changé. En tant qu'urbaniste, je souhaite accompagner cette mutation au plus près."
 

Lire et commenter