Municipales à Lyon : Christophe Boudot (FN) sans complexes

Municipales à Lyon : Christophe Boudot (FN) sans complexes

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – Le candidat du Front National se veut être l’homme de la "rupture" et compte bien peser dans le scrutin en mars prochain.

Ne l’appelez pas le "troisième homme" de la campagne. Christophe Boudot (44 ans) estime au contraire pouvoir jouer les premiers rôles lors des élections de mars prochain. Pour le candidat Front National, le maire sortant Gérard Collomb (PS) et son challenger UMP-UDI Michel Havard ne sont en réalité qu’une seule et même personne, l’un étant "le clone" de l’autre.

"Sur les grands sujets, ils pensent la même chose, assure-t-il. Havard, c’est l’homme invisible, le candidat-gadget désigné par défaut. Je suis le seul véritable opposant à Gérard Collomb. Lyon a besoin d’une rupture." Si Christophe Boudot reconnaît à l’actuel maire de Lyon le mérite d’avoir su développer l’attractivité économique de la ville, il souligne des "échecs" sur la fiscalité, la sécurité et la lutte contre le chômage. Pour y remédier, le frontiste assure notamment qu’il n’augmentera pas les impôts.

La Fête des lumières en novembre

Afin que "Lyon ne devienne pas Marseille", Christophe Boudot, agent commercial dans le domaine viticole de profession, préconise "la tolérance zéro" en matière de sécurité. "J’armerai la police municipale, redéploierai la vidéosurveillance et exigerai l’évacuation immédiate de tous les squats", lance celui qui est aussi conseiller régional. En matière de transports, le candidat "Bleu Marine" promet qu’il instaurera la gratuité du périphérique nord (Teo), qu’il mettra en place le métro entre Part-Dieu et la presqu’île ou encore qu’il développera une ligne de transport fluviale entre l’Ile Barbe et Confluence.

Enfin, – et plus étonnant - Christophe Boudot envisagerait de décaler la Fête des lumières au mois de novembre pour renforcer le côté "spirituel" du 8 décembre. Ce mardi soir, le candidat FN donne son premier grand meeting de campagne à Lyon dans la salle Victor-Hugo, en présence du député Gilbert Collard. Et espère, en mars prochain, au moins tripler le score dérisoire (4,15 %) réalisé par son parti en 2008.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter