Municipales à Lyon : Gérard Collomb, autopsie d’une victoire

Municipales à Lyon : Gérard Collomb, autopsie d’une victoire

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – Le maire socialiste sortant a remporté l’élection dimanche soir et s’apprête à entamer son troisième mandat à la tête de la capitale des Gaules. Le tout sans être directement impacté par la "vague bleue". Décryptage.

Une bonne image auprès des Lyonnais
Le maire sortant Gérard Collomb a bénéficié de sa bonne image et d’une réelle cote de sympathie auprès des habitants, qui n’ont donc pas vraiment hésité au moment lui renouveler leur confiance . "Il incarne une sorte de sécurité, de lisibilité pour l’avenir, au-delà de la question droite-gauche", estime Olivier Brachet, directeur de campagne du socialiste, qui souligne également son "excellent bilan". Les gens adhèrent à sa vision de Lyon et pensent qu’il fait bien les choses." "Il a réussi à endormir la presse, surtout au niveau national, relève de son côté Damien Gouy-Perret, directeur de campagne de Michel Havard. Et il s’est montré très discret, en utilisant le coup du moins on me voit plus on m’aime’. C’était une très bonne stratégie de sa part…"

La percée du Front National
Avec un Front National présent dans six arrondissements au second tour, la situation devenait quasiment injouable pour Michel Havard, le principal adversaire de Gérard Collomb. Le candidat UMP note d’ailleurs que "le FN aura une nouvelle fois démontré qu’il est le meilleur allié électoral du Parti Socialiste." "Michel a beaucoup perdu à cause de la question du mariage pour tous, affirme Damien Gouy-Peret. Il n’en a pas fait un cheval de bataille, alors une partie de l’électorat de droite s’est reportée sur l’extrême droite. Cela a beaucoup pesé dans la balance."

Quel avenir pour Michel Havard ?
Le challenger n’a pas réussi à gagner Lyon, échouant aussi dans "son" Vème arrondissement, celui-là même qui lui avait permis de remporter la primaire UMP en juin dernier. Mais son entourage l’assure, Michel Havard saura s’en relever. "Il nous a manqué entre six mois et un an pour asseoir sa notoriété, avance Damien Gouy-Perret. S’il s’était plus fait connaître, les choses auraient pu être différentes. Mais il a des équipes soudées autour de lui, et il est droit dans ses pompes. Je pense qu’il sera le leader incontournable de l’opposition pour les six ans à venir."
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter