Municipales à Montpellier : la gauche déchirée

Municipales à Montpellier : la gauche déchirée

DirectLCI
MUNICIPALES - Le dissident PS Philippe Saurel, deuxième avec 22,94% des suffrages au premier tour de l'élection municipale dimanche à Montpellier, a annoncé mardi avoir refusé les alliances proposées tant Jean-Pierre Moure (UG-PS, 25,27%) que par Jacques Domergue (UD-UMP, 22,72%).

Philippe Saurel ira jusqu'au bout. L e dissident PS qui est arrivé en deuxième position avec 22,94% des suffrages au premier tour de l'élection municipale dimanche à Montpellier, a annoncé mardi avoir refusé les alliances proposées tant par Jean-Pierre Moure (UG-PS, 25,27%) que par Jacques Domergue (UD-UMP, 22,72%).

Dans la capitale régionale, tenue par le PS depuis plus de 35 ans, une quadrangulaire se dessine au second tour. Elle opposera M. Saurel, M. Moure, M. Domergue et la candidate Front national France Jamet (13,81%). Au cours d'une conférence de presse, M. Saurel, adjoint au maire à la culture, a expliqué qu'un accord aurait "constitué ce qu'il dénonce depuis le début de sa campagne", à savoir les appareils politiques.

"Je suis sur un fil"

"Je sais le risque que je prends. Je suis sur un fil avec le vide du Colorado autour. Mais c'est le passage obligé pour être libre. Seul jusqu'à la victoire", a lancé le dissident du PS, précisant qu'il aurait été prêt à discuter si on lui avait proposé d'être "à la tête d'une liste citoyenne". Selon M. Saurel, le PS parisien et plusieurs ministres, dont il a refusé de dévoiler les noms, ont beaucoup insisté pour qu'il accepte de rejoindre le candidat investi par le PS en lui promettant le fauteuil de maire.

"Ce sont les Montpelliérains qui choisirons leur avenir et pas Solférino ou une autre succursale parisienne", a-t-il répondu, rappelant que c'était "(s)a proposition" aux instances du parti "il y a 18 mois" et qu'il en "avait été viré". Avec Jean-Pierre Moure, "l'affaire a été bouclée en 15 minutes", a dit M. Saurel. "Le président de l'agglomération a eu les propos suivants: +tu veux être maire, tu peux mais c'est moi qui conduit la liste+. Je connais la musique", a-t-il raconté.

La réponse de Jean-Pierre Moure

"Je lui fait une propositon. Il l'a déclinée malgré le danger de la droite et de l'extrême droite", a répondu Jean-Pierre Moure, pour lequel M. Saurel, 2e au premier tour, "ne pouvait avoir les prétentions de numéro un".

"La dynamique, c'est nous qui l'incarnons. Nous sommes dans le collectif, il est dans une attitude personnelle. Nous sommes seuls à pouvoir barrer la route de la mairie à la droite et à l'extrême droite", a ajouté le président de l'agglomération.
 

Lire et commenter