Municipales à Montpellier : UDI et MoDem, une famille centriste déchirée

Municipales à Montpellier : UDI et MoDem, une famille centriste déchirée

DirectLCI
POLITIQUE - A Montpellier, les centristes lavent leur linge sale en public : le président départemental de l’UDI, Joseph Francis conduit une liste. Anne Brissaud, un des responsables départementaux du parti, fait quant à elle alliance avec l’UMP. Ambiance…

A Montpellier, il n’y a pas que des inimitiés au PS. La famille centriste est également éclatée, voire déchirée. Le président de l’UDI de l’Hérault, l’homme d’affaires Joseph Francis conduit la liste de ce parti avec le Parti libéral démocrate (PLD) et la Force européenne démocrate, la FED.

Mais le candidat a-t-il du poids ? "L’UDI dans l’Hérault compte 1700 adhérents dont 1000 issus de la FED créée par M.Francis. C’est un parti groupusculaire de 3000 adhérents au niveau national, ça veut dire que le tiers est dans l’Hérault", constate Jean-Pierre Rico, président du Nouveau Centre et candidat à la mairie de Pérols, au sud de Montpellier, où il est soutenu par l’UMP.

Une onde de choc

Les ennemis de Joseph Francis évoquent un "hold-up" sur l’UDI. "Ce n’est pas un hold-up, le choix de M .Francis a été le résultat d’un vote démocratique, avec les règles respectées. Et dans cette campagne, seul Joseph Francis donne l’exemple en matière de démocratie", répond Charles Khoury, son directeur de campagne, passé par la famille socialiste.

C’est que l’intrusion tardive de Joseph Francis dans la campagne a provoqué une onde de choc. A l’UDI, car la numéro 2 Anne Brissaud avait déjà rejoint Jacques Domergue, tête de liste UMP-UDI-MoDem . "Quand cette alliance a été signée, j’ai eu l’aval de Jean-Louis Borloo", assure-t-elle. "Oui, certes, mais quand Joseph Francis s’est présenté, eh bien, il a déclaré avoir été encouragé et être soutenu par ce même Borloo, qui croire ?", déplore un des responsables du parti.

"L'UDI, c'est comme le cholestérol"

Anne Brissaud ne décolère pas : "Joseph Francis s’attribue des responsabilités qu’il n’a pas à l’UDI, il n’a pas bénéficié d’un vrai vote et il vient s’immiscer dans notre union UMP, UDI et MoDem validée par les instances nationales. Joseph Francis n’a aucun mandat pour décider de rompre un accord national. Et il n’y a aucune raison pour que l’UDI ne forme pas une coalition avec Jacques Domergue, opposant UMP à la mairie de Montpellier et Félix Allary du MoDem." Joseph Francis n’en a cure, il vient de présenter ses 64 colistiers, peu ou pas connus, avec un avocat, des commerçants, des chefs d’entreprises, un coach sportif, des étudiants, un chauffeur routier, un retraité e la police etc. La numéro 2 sur sa liste n’est autre que Catherine Cecchi.

Membre du Nouveau Centre de l’Hérault, elle vient de faire les frais d’avoir préféré "Francis le pestiféré". Elle est exclue. Jacques Domergue qui a refusé de prendre Joseph Francis comme colistier, au détriment d’Anne Brissaud s’en mord les doigts. C’est sûrement pour se venger que Joseph Francis a créé sa liste. "L’UDI, c’est comme le cholestérol, il y a le bon et le moins bon. Les accords passés entre l’UMP et l’UDI sont respectés à la lettre", lâche Jacques Domergue.

Cacophonie

Le "mauvais cholestérol" de l’UDI se sera reconnu…La cacophonie règne aussi au MoDem. Félix Allary part avec Domergue et Brissaud, mais Max Dufour avait opté pour Jean-Pierre Moure, le candidat PS-EELV, avant d’être évincé de la liste. La question essentielle est de savoir si via tous ces ego et ces guéguerres internes qui font désordre, les militants centristes s’y retrouveront au moment de voter. Surtout le 30 mars.

Lire et commenter