Municipales à Strasbourg : Alain Jund, le vert compatible

Municipales à Strasbourg : Alain Jund, le vert compatible

DirectLCI
POLITIQUE - Allié des socialistes à la mairie, l'écologiste Alain Jund est crédité de près de 10% des intentions de vote. Entre défiance vis-à-vis du maire sortant Roland Ries et participation à sa politique, EE-LV hésite encore à Strasbourg.

Au moment de désigner leur tête d’affiche pour les élections municipales, les Verts ont dû choisir entre deux options. Celle incarnée par Eric Schultz, conseiller municipal, figure montante du parti et doté d’un profil d’opposant. L’autre défendue par Alain Jund, adjoint à l’environnement, chantre de la cohabitation avec les socialistes.

Ce dernier l’a emporté avec 52,08% des voix. Un succès certes, pas un triomphe et la manifestation du désir des écologistes strasbourgeois de ne pas être de simples supplétifs. Mais le scepticisme de son propre camp est battu en brèche par des sondages qui place ce proche d’Eva Joly - avec laquelle il partage, entre autres, le goût des lunettes colorées - à 10% des intentions de vote, soit "le score à deux chiffres" qu’il s’est fixé comme objectif, alors qu’au premier tour de 2008, il n’avait réuni que 6,38%.

Divergences sur le fond et la forme avec les socialistes

Le ralliement au second tour à Roland Ries dont il partage le bilan écologique de la mandature ne semble pas remis en question. Même si une légère crispation est à l’ordre du jour. Sur la forme, Alain Jund a dénoncé "le manque de correction" et "l’esprit partisan" du maire sortant qui ne l’a pas convié à la présentation à la presse du parc Heyritz, espace vert de 8 hectares au centre-ville, ouvert à l’automne prochain et dont Alain Jund est l’un des principaux artisans. Seuls les élus socialistes ont eu le privilège de poser pour la photo.

Les divergences existent aussi sur le fond : sur les ondes magnétiques par exemple, ou encore le développement de la vidéosurveillance qui ulcère l’élu vert. Mais plus important encore est le ralliement sur le tard des socialistes strasbourgeois au projet de contournement ouest de la ville, qui doit désengorger l’A35 régulièrement saturée à l’entrée de Strasbourg.

En dépit de ces pierres d’achoppement, le couple Ries-Jund semble indissociable. Lors des débats publics, ils sont amenés à défendre d’une même voix la politique menée sur le logement, le stationnement, les pistes cyclables, la place de la voiture en ville encore la généralisation progressive de la limitation à 30 km/h à l’ensemble de la circulation routière en ville, à l’exception de quelques axes stratégiques.

Sur le même sujet

Lire et commenter