Municipales : la campagne officielle débute, qu'est ce qui change ?

Municipales : la campagne officielle débute, qu'est ce qui change ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – Même si la plupart des candidats sont déclarés depuis plusieurs mois déjà, la campagne municipale sera officiellement lancée ce lundi. Quelles sont les règles qui s'imposent à chacun des participants à cette élection ? Metronews fait le point.

Treize jours avant le début des élections municipales , la campagne officielle est lancée. Celle du premier tour débute en effet lundi et s’achève le 22 mars 2014 à minuit. Pour le second tour, elle s’ouvre le 24 mars 2014 et se termine le 29 mars 2014 à minuit. Ces périodes servent à encadrer de façon plus stricte les candidats et la propagande électorale. L'occasion de revenir sur ces règles qui sont obligatoires pour valider un scrutin.

> Des panneaux pour promouvoir chaque candidat. Petit à petit, des milliers de panneaux gris vont être installés dans chaque ville pour promouvoir les différents candidats aux élections municipales. Ils sont attribués dans chaque commune, soit dans l’ordre d’arrivée des demandes de candidature (communes de moins de 1.000 habitants), soit dans l'ordre d'un arrêté officiel résultant d'un tirage au sort (dans les communes de 1.000 habitants et plus) qui a lieu suite au dépôt des listes de candidats.

> Pas n'importe quelle affiche. Les candidats ne peuvent pas coller n’importe quelle affiche. Selon le code électoral , sont en effet interdits les affiches sur papier blanc ou qui comprennent la combinaison des trois couleurs du drapeau français : bleu, blanc et rouge, à l’exception de la reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique.

> Pas de collage n'importe où. Malgré les multiples exemples d'affichages illégaux, notamment à Paris, cette propagande est strictement limitée aux panneaux officiels. L'affichage sauvage est illégal.

> Une propagande encadrée. L’impression et l’utilisation de professions de foi (circulaires), d'affiches et de bulletins de vote pour la propagande électorale, sont par ailleurs soumises à des règles strictes.

> Pas de polémique sans droit de réponse. Une loi du 14 avril 2011 interdit de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale juste avant l’organisation du scrutin sans donner la possibilité aux adversaires électoraux d’y répondre avant la fin de la campagne.

> Calomnies ou fausses informations sanctionnées. Le Code électoral prévoit une infraction spécifique lorsque des suffrages ont pu être détournés par des fausses nouvelles ou des calomnies. Le candidat victime de ces propos peut former un recours en annulation de l’élection.

> L'équité médiatique imposée.  Six semaines avant le scrutin, les services de radio et de télévision veillent à ce que les candidats et leurs soutiens bénéficient d’une présentation et d’un accès équitables à l’antenne. A la différence de l'égalité, l'équité impose que l'on parle des candidats selon leur "importance politique ". Pour les élections municipales 2014, ces règles s’appliquent depuis le 10 février 2014.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter