Municipales : "Lyon citoyenne et solidaire" ou la campagne électorale près de chez vous

Municipales : "Lyon citoyenne et solidaire" ou la campagne électorale près de chez vous

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – Cette liste de rassemblement entre le Front de Gauche et le Gram, portée par Aline Guitard et Nathalie Perrin-Gilbert, joue la carte de la proximité. Loin des grands projets de certains autres candidats.

Même des militants d’autres candidats le reconnaissent : les membres de "Lyon citoyenne et solidaire" sont omniprésents sur le terrain. La liste, portée par le Front de Gauche et le Gram (Groupe de réflexion et d'actions métropolitaines) et menée par Aline Guitard (PC), joue donc à fond la carte de la proximité. "Nous écumons les marchés et faisons beaucoup de porte-à-porte, car de nombreux citoyens sont désabusés et ont besoin de reprendre confiance dans la politique", explique cette prof d’histoire-géo de 42 ans qui se présente pour la première fois à une élection municipale. Et dont la notoriété n’est forcément que naissante.

Pour apporter davantage de visibilité, "Lyon citoyenne et solidaire" peut compter sur Nathalie Perrin-Gilbert (42 ans également), maire du Ier arrondissement depuis 2001 et co-fondatrice du Gram. Récemment exclue du PS et brouillée avec Gérard Collomb, "NPG" reconnaît "le contexte particulier" de ce scrutin mais assure qu’il ne s’agit pas d’une "guéguerre politicienne".

Les étudiants chouchoutés

Côté programme, "Lyon citoyenne et solidaire" propose notamment la gratuité des transports en commun pour les personnes en situation précaire (chômeurs, bénéficiaires du RSA..), le retour en régie publique pour l’eau, de privilégier la présence humaine (médiateurs, police municipale) au détriment de la vidéosurveillance ou encore la création d’une application smartphone permettant de signaler les actes homophobes ou racistes.

Par ailleurs, les étudiants sont loin d’être oubliés. "Nous voulons créer 6 000 logements étudiants supplémentaires, améliorer la desserte des campus et instaurer le métro en ‘non-stop’ la nuit du jeudi au samedi", expliquent Aline Guitard et Nathalie Perrin-Gilbert. Si le sondage de février dernier ne leur accorde "que" 8% d’intentions de vote, les deux femmes ne s’en font pas. "Le véritable révélateur, c’est le 23 mars", sourient-elles.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter