Municipales : Anne Hidalgo veut-elle vraiment des passages piétons sur le périphérique ?

Municipales : Anne Hidalgo veut-elle vraiment des passages piétons sur le périphérique ?
Élections Municipales 2020

A LA LOUPE - La maire sortante de Paris Anne Hidalgo et son allié écologiste David Belliard ont publié mardi un "manifeste" proposant des mesures environnementales pour la capitale. Des opposants l'accusent de vouloir installer des passages piétons sur l'actuel périphérique. Qu'en est-il ?

Le "manifeste pour Paris", publié mercredi par Anne Hidalgo et son allié écologiste David Belliard, se compose d'une trentaine de pages et traite de nombreuses propositions de campagne, des transports à l'alimentation en passant par la santé, mais un sujet focalise toute l'attention des opposants depuis 24 heures : l'avenir réservé au boulevard périphérique parisien. 

Des soutiens aux concurrents de la maire PS de Paris ainsi que de nombreux comptes ont fustigé une proposition qui viserait, selon eux, à installer des passages piétons sur le périph', où les voitures circulent aujourd'hui en continu à 70 km/h. 

Des traversées piétonnes...

Le manifeste en question évoque en effet un projet de transformation du boulevard périphérique parisien, dans le viseur de l'actuelle majorité en raison de la pollution qu'il génère, tant sur le plan du bruit que de la qualité de l'air. 

Voici ce qu'écrivent Anne Hidalgo et David Belliard : "pour améliorer la qualité de vie jusqu’à la périphérie de Paris, nous transformerons le deux fois quatre voies du boulevard périphérique en un boulevard urbain apaisé : nous commencerons par créer une voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage) pour progressivement réduire le nombre de voies de circulation, donner plus de place à la nature, et donner la possibilité de traverser à pied ou à vélo. Ce sont nos objectifs pour effacer cette frontière d’un autre âge au cœur du Grand Paris".

Il s'agit donc bien d'instaurer une limitation de vitesse à 50 km/h, comme en ville, et des passages piétons. Mais à quelle échéance ? Sollicitée par LCI, l'équipe de campagne de Paris en commun s'est étonnée de la polémique, indiquant que le projet de transformation du périph' avait été énoncé dès le mois de février. 

... Mais pas avant 2030

Toute l'info sur

À la loupe

Le projet prévoit une transformation en plusieurs étapes, avec pour première étape la mise en place des voies réservées aux bus, taxis ou encore au covoiturage "d'ici à 2024", précise l'entourage de la candidate. Dans cette période, Anne Hidalgo projette également de planter "100.000 arbres" sur les terre-pleins qui séparent le voies, ainsi que sur les abords du boulevard circulaire. 

"La transformation du boulevard périphérique en boulevard urbain serait à l'horizon 2030", ajoute l'équipe de Paris en commun. A cette échéance, selon le projet envisagé, le périphérique n'existerait plus sous sa forme actuelle mais serait limité à 50 km/h, et coupé par des feux tricolores et des passages piétons. Une évolution qui peut être rapprochée de ce qui a été réalisé sous la précédente mandature sur les berges de la rive droite de la Seine, suscitant d'ailleurs le même type de polémique. 

Le plan de transformation du périphérique avait été évalué, mi-février, "en dessous de 500 millions d'euros" par Jean-Louis Missika, l'adjoint d'Anne Hidalgo en charge de l'urbanisme, interrogé par Le Parisien. Il faisait suite à un rapport remis en mai 2019 par des élus de plusieurs bords politiques au conseil de Paris, qui préconisait notamment l'abaissement de la vitesse à 50 km/h, la végétalisation de cet axe ainsi que, pour certains membres de cette mission d'information, la possibilité à terme de traversées piétonnes... A condition que le trafic d'ici 2030 soit "apaisé". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent