Nantes : les candidats veulent une ville plus verte

Nantes : les candidats veulent une ville plus verte

DirectLCI
MUNICIPALES – En matière de projets urbains, les candidats aux élections affichent leurs ambitions. Retourner la ville vers la Loire, réaménager les quartiers, revoir le cours des 50-Otages… Tour d’horizon.

Exit le rêve, place au réalisme. Pour cette campagne municipale, pas de projets extravagants. Les ambitions sont contenues en raison de la maîtrise des dépenses publiques. Le départ de Jean-Marc Ayrault signerait-il la fin des grands maires bâtisseurs ? Sans doute.

Johanna Rolland , la candidate socialiste reprend à son compte des chantiers déjà engagés : future gare, implantation du nouveau CHU sur l’île de Nantes, poursuite de la réhabilitation des quartiers, comme Nantes-Nord. Un de ses projets phare est la rénovation de la Petite-Hollande, pour en faire un "espace ouvert sur la Loire, en renforçant son attractivité commerciale et son marché".

Remettre la Loire au cœur de Nantes

Ce retour de la ville vers le fleuve est en effet un thème qui fait l’unanimité. L’UMP Laurence Garnier entend ainsi transformer les quais de la Loire en coulée verte, et créer un parc urbain de 20 hectares sur l’île de Nantes ; des propositions sur ce point similaires à celles de sa concurrente socialiste. La candidate de droite veut également "remettre en eau" le cours des 50-Otages, un axe de réflexion partagé par le Modem Xavier Bruckert, qui voit dans cette artère une "véritable cicatrice", coupant la ville en deux.

Plus généralement, le retour au vert en ville est affiché par tous les candidats : plantation d’arbres, réalisation de parcours urbains reliant les espaces verts... Mais l’ EELV Pascale Chiron se détache du lot. Elle défend notamment un grand projet de végétalisation des toits des bâtiments, comme celui de la gare, en y implantant des jardins d’ornement ou des ruches ; ou encore de développer une centrale photovoltaïque sur les toits de l’agglomération.

D’autres candidats misent sur l’entretien plutôt que la construction. Le FN Christian Bouchet demande la "mise en place d’un urbanisme traditionnel à la nantaise, avec une architecture homogène". La divers droite Sophie Van Goethem veut elle davantage mettre en valeur le petit patrimoine. La palme de la proposition surprenante revient cependant à l’UMP Laurence Garnier. La candidate a voulu un "geste architectural fort", en proposant un "Phare Bretagne", une structure en matériaux composites chapeautant la tour Bretagne, symbolisant les filières d’excellences de Nantes.
 

Lire et commenter