Nevers : une candidate FN s'affiche devant un drapeau nazi

Nevers : une candidate FN s'affiche devant un drapeau nazi

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
EXTREME DROITE - Séverine Amelot, une candidate du Front national aux municipales à Nevers (Nièvre), s'affiche sur son profil Facebook devant un drapeau nazi et apparaît vêtue d'un pull flanqué d'un symbole SS, a découvert l'Express. Forcément gênant pour le parti de Marine Le Pen.

Une colistière dont le parti de Marine Le Pen se serait bien passé. Séverine Amelot, 16e candidate sur la liste frontiste de Nevers (Nièvre) emmenée par Christophe Gaillard, a ouvert deux comptes Facebook dont l'un révèle un penchant pour une droite très extrême, voire néo-nazie, dévoile L'Express vendredi. Sur ce compte sans activité depuis le 16 août dernier, quatre jours avant l'ouverture du second , précise l'hebdomadaire, plusieurs clichés la présentent tour à tour devant un drapeau avec la croix gammée ou portant un t-shirt flanqué de l'emblème de la 33e division de grenadiers SS Charlemagne, l'une des divisions de la Waffen-SS.

Outre ces photographies discutables, les commentaires s'avèrent l'être tout autant. Sur un cliché représentant la croix celtique - utilisée par le groupe nationaliste d'extrême droite l'Oeuvre française, dissous en juillet dernier - un "ami" de Séverine Amelot écrit "Ah voilà du néo-nazisme comme on aime". Les "likes" de cette colistière méritent également qu'on s'y attarde : "jeunes nationalistes français", "jeunesse contre le sionisme", "skinhead boys and girls", "Serge Ayoub", militant d'extrême droite, ou encore "Génération identitaire", pour ne citer qu'eux.

"Un passage de conneries"

Contactée par L'Express, Séverine Amelot reconnaît les faits : "J'ai abandonné tout ça en août dernier. C'était un passage de conneries." Sur sa nouvelle page Facebook, elle écrivait d'ailleurs le 23 octobre 2013: "Je ne vous dirai pas pourquoi j'arrête Facebook, c'est personnel. Ne publiez rien sur mon mur." Contacté par L'Express, Steeve Briois, le secrétaire général du FN, assure que "si Séverine Amelot est bien encartée au FN, des procédures disciplinaires seront engagées".

Christophe Gaillard, candidat du Rassemblement Bleu Marine (RBM), a quant à lui assuré à l'hebdomadaire qu'il ignorait tout des inclinations néo-nazies de Séverine Amelot : "Dans une campagne, on n'a pas le temps de vérifier les 39 colistiers. Je condamne évidemment ce genre de choses. Ce n'est pas ma ligne. Je ne suis pas à l'abri de gens désorientés. Je ne connais Séverine Amelot que depuis deux mois. Il ne faut pas jeter la pierre à ce type de personnes. Nous pouvons les éduquer." La tête de liste frontiste fait bien d'accueillir cette nouvelle avec sagesse puisque, comme le rappelle L'Express, il est impossible depuis jeudi 18 heures de remplacer un membre inscrit sur une liste municipale.

Sur le même sujet

Lire et commenter