Nice : Christian Estrosi se met à table pour ses fans Facebook

Nice : Christian Estrosi se met à table pour ses fans Facebook
Élections Municipales 2020

POLITIQUE – Entre annonces, confidences et imitations, le maire de Nice candidat à sa succession a régalé ses invités de mardi midi.

Entre deux bouchées de foie de veau cuit "à point", le maire-candidat à l’agenda surchargé a consacré ce mardi plus de deux heures à dix "fans" de sa page Facebook, qui en compte 30 000 depuis peu. Un casting aux petits-oignons pour Christian Estrosi qui a invité ces Niçois à déjeuner – sur son budget de campagne – pour, explique-t-il, ne jamais être enfermé dans sa "bulle". Et des pavés branlants de la rue Paradis aux querelles intestines de l’UMP, le menu était copieux.

La place Magenta bientôt transformée ?

A Sophie, directrice d’une boutique de prêt-à-porter de luxe qui déplore que la rue Paradis "tombe en lambeaux", il révèle que la place Magenta sera totalement refaite à partir du mois de juin. Au menu des travaux : un nouveau sol, moins de terrasses et une fontaine ou une œuvre en son centre, pour mieux raccorder visuellement la rue Paradis avec les rues Longchamp et Alphonse Karr. A Lætitia, mère au foyer qui fuit les jardins d’enfants de Nice Nord "à cause des Roms qui y campent la nuit", il rappelle son récent arrêté "anti-bivouac" et regrette de ne pas avoir plus de pouvoirs. "Je rêverais d’être maire, préfet et procureur comme le maire de New York, là il y aura la tolérance zéro !"

Pique à Peillon et parodie de Peyrat

Christian Estrosi parvient même, entre le rosé et le café, à faire rire ses convives en affirmant que Vincent Peillon, le ministre de l’Education – qui ne le sera plus dans quelques semaines pronostique-t-il – "a réussi à se rendre aussi impopulaire à droite qu’à gauche". Intarissable sur la visite à Nice la semaine dernière de Cyrille Eldin, il se régale à décrire comment le journaliste trublion du Supplément sur Canal + a tourné en dérision ses adversaires.

Il en profite même pour se livrer à une imitation totalement inattendue et plutôt convaincante de son prédécesseur et concurrent, Jacques Peyrat. Mais l’imitation s’arrête là : Christian Estrosi n’a aucune intention de se laisser chiper le fauteuil de maire ce dimanche.

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent