Nice : l’eau de la promenade du Paillon fait des vagues

Nice : l’eau de la promenade du Paillon fait des vagues

DirectLCI
MUNICIPALES - Olivier Bettati (DVD), candidat à la mairie de Nice a porté hier à la connaissance des autorités préfectorales et de la justice des relevés effectués par ses soins sur les installations, jets d’eau et autres brumatisateurs, de la promenade du Paillon. Pour lui, Christian Estrosi a "délibérément mis en danger la santé" des Niçois "pour pouvoir inaugurer à temps" la coulée verte.

Le maire de Nice Christian Estrosi (UMP) a-t-il délibérément mis en danger la santé de ses administrés ? C’est ce dont l’accuse son concurrent dans la course aux municipales Olivier Bettati (DVD), qui a porté hier à la connaissance des autorités préfectorales et de la justice des relevés effectués par ses soins sur les installations, jets d’eau et autres brumatisateurs, de la promenade du Paillon inaugurée en octobre.

Selon les résultats dont nous nous sommes procuré une copie, la qualité bactériologique de cette eau laisse effectivement à désirer. L’eau serait non conforme au code de la santé publique, dépassant la limite pour les entérocoques et l’escherichia coli, responsables de gastro-entérites. Selon Olivier Bettati, "le maire a été alerté dès le 18 novembre par ses services que l’eau n’était pas conforme". Selon ce conseiller municipal, "le maire a délibérément mis en danger la santé des enfants et des personnes âgées pour pouvoir inaugurer à temps la réalisation phare de sa mandature". Et Benoît Kandel, ex adjoint d'Estrosi devenu colistier de Bettati, d’enfoncer le clou : "Le maire s’est affranchi de ses devoirs en matière de salubrité publique, ce qui tombe sous le coup de la loi."

La mairie rejette ces accusations

L’eau des brumisateurs est-elle alimentée avec de l’eau brute de la ville et non de l’eau traitée, comme le laissent entendre des courriers internes à l’administration dont nous avons également copie ? La mairie, appelée par metronews, rejette en bloc ces accusations. Dans un communiqué, elle indique que l’arrêté du 11 janvier 2007 sur lequel s'appuie Olivier Bettati "ne concerne pas le miroir d’eau mais uniquement l’eau potable. En l’occurrence, ce miroir d’eau n’a pas vocation à distribuer de l’eau potable mais a une destination festive et décorative."

Sur le même sujet

Lire et commenter