Nice : Martine Martinon, une ex-Estrosiste qui se rhabille en bleu Marine

Nice : Martine Martinon, une ex-Estrosiste qui se rhabille en bleu Marine

DirectLCI
MUNICIPALES – A 52 ans, cette ancienne co-listière de Christian Estrosi est dans le top 5 de la liste du Rassemblement Bleu Marine conduite par Marie-Christine Arnautu. Un virage à droite qui selon l’intéressée n’a rien de surprenant.

Elle est un peu surprise que l’on s’intéresse à son parcours. Martine Martinon, qui occupera la 5ème place sur la liste du Rassemblement Bleu Marine conduite par Marie-Christine Arnautu à Nice , n’a pas l’habitude d’être dans la lumière. C’est en militante de l’ombre que cette mère de deux enfants s’est impliquée durant dix ans à l’UMP… avant de claquer la porte pour rejoindre il y a un an la boutique lepéniste.

"Je collais les enveloppes, faisais du phoning pour Christian Estrosi..." énumère cette quinqua dynamique, Niçoise pur jus qui n’a "jamais quitté son microcosme". Une militante UMP parmi beaucoup d’autres, jusqu’en 2007 : "quand Christian s’est présenté j’ai proposé ma candidature et j’ai été prise en 62ème position". A cette place sur la liste, aucune chance d’être élue mais un début de reconnaissance du travail accompli. "La campagne est un bon souvenir, j’ai beaucoup donné et naïvement j’imaginaires que j’allais continuer à progresser… Mais rien. Au début du mandat j’ai essayé de faire remonter des infos à Christian Estrosi, on m’a dit ‘tu parles trop’…".

Gaël Nofri croisé place Masséna

Entre déception post-électorale et prises de bec à la permanence, elle tourne le dos à l’UMP, mais pas à la politique locale. "En novembre 2012 j’ai croisé Gaël Nofri [qui deviendra directeur de campagne et 8ème co-lisitier de Marie-Christine Arnautu] place Masséna. Je lui ai dit que j’avais envie de continuer à militer et que j’étais curieuse de savoir comment se structurait le mouvement Bleu Marine sur Nice". En janvier, elle adhère au Rassemblement Bleu Marine et, il y a quelques semaines, Marie-Christine Arnautu lui offre une place éligible sur sa liste.

Une promotion qui fait grincer les dents de quelques "historiques" du FN, s’estimant plus légitimes que cette récente "transfuge de l’UMP". "Je ne me considère pas comme telle. Je me reconnais plus dans la politique du Rassemblement Bleu Marine que dans celle de Christian Estrosi, c’est tout". Martine Martinon cite alors "les valeurs de Marie-Christine Arnautu sur la sécurité", "les caméras qui ne sont pas suffisantes pour régler le problème", "les gens que la police attrape et qui ressortent libres"… Sur le fond on n’en saura pas plus, "le programme est en cours d’élaboration".

Lire et commenter