Nicolas Sarkozy cible encore Juppé et Bayrou dans un entretien à "Valeurs Actuelles"

DirectLCI
ENNEMIS JURÉS - Dans un entretien à "Valeurs Actuelles" à paraître jeudi, Nicolas Sarkozy s'en prend à nouveau à François Bayrou, soutien d'Alain Juppé. Ce dernier, explique aussi l'ancien président, serait le candidat de "l'alternance molle".

Plus un jour ne passe sans que Nicolas Sarkozy ne tire à vue sur François Bayrou. Pour ceux qui auraient loupé les nombreuses attaques contre son ennemi juré, rallié à Alain Juppé, l'ancien président repart à l'assaut dans une interview à Valeurs Actuelles à paraître jeudi. 


Le candidat à la primaire de la droite consacre un long passage au président du Modem pour expliquer que, contrairement à Alain Juppé, il refuserait toute alliance avec lui. "Je refuse de bâtir une majorité de circonstance. C'est la raison pour laquelle je refuse que le Modem et François Bayrou occupent une place centrale", affirme Nicolas Sarkozy, qui fait mine de se questionner sur "ce qu'a promis Alain Juppé" au maire centriste de Pau en échange de son soutien. 

Pourquoi tant de haine ?

Questionné sur cette référence systématique à François Bayrou, Nicolas Sarkozy énumère les griefs collectionnés contre lui au cours du temps : motion de censure votée par François Bayrou en 2006 puis en 2009 contre le gouvernement Villepin et Fillon, vote contre sa réforme des retraites en 2010... Et le pire aux yeux de Nicolas Sarkozy : l'appel du patron du Modem à voter pour François Hollande contre lui en 2012.


Mais à travers François Bayrou - qui lui a répondu vertement -, l'ex-chef de l'Etat a surtout trouvé un moyen commode de taper sur Alain Juppé. L'actuel favori des sondages est, affirme Nicolas Sarkozy, le candidat "de l'alternance molle", qui gouvernera dans "la demi-mesure" et assurera "une présidence du statu quo". 

Le choix majeur de la primaire, ce sera donc bien entre une alternance forte et une alternance molleNicolas Sarkozy

Pour montrer que le duo Juppé-Bayrou ne fera rien de bon au pouvoir, l'ex-président se plaît à rappeler que, "par le passé, François Bayrou a reculé devant la loi Falloux et Alain Juppé devant la réforme de la Sécurité sociale et des régimes spéciaux". Un message qui sera probablement reçu cinq sur cinq chez ses propres sympathisants. Mais peut-il convaincre des électeurs centristes massivement ralliés à Alain Juppé ?

En vidéo

L'offensive de François Baroin contre François Bayrou

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter