NKM s'allie définitivement avec le centre malgré les dissidences

NKM s'allie définitivement avec le centre malgré les dissidences

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Nathalie Kosciusko-Morizet a clôturé ce lundi matin le premier comité politique commun, avec ses nouveaux alliés du centre (UDI et Modem). La candidate reste confrontée à des candidatures dissidentes.

Le comité politique a duré toute la matinée. À la sortie, Nathalie Kosciusko-Morizet et ses nouveaux alliés centristes ont donné rendez-vous à la presse pour immortaliser le moment, en face de la permanence de la candidate. Et devant la difficulté de faire tenir trois partis sur un cliché, certains élus n'hésitent pas à monter sur les parpaings d'un chantier voisin. "N'est-ce pas un peu précaire comme équilibre ?" lance un journaliste .

Il faut dire que, pour réussir l'alliance entre l'UMP, l'UDI et le Modem pour les municipales de 2014, les tractations ont été laborieuses . Un travail de négociation plus long que prévu, mais qui a fini par aboutir : dans chaque arrondissement, il y aura, dès le premier tour, une liste commune entre les trois partis.

Hidalgo toujours en tête

Après deux mois de discussions parfois houleuses  sur la composition des listes, "place maintenant au programme", promettent les candidats. "On va faire une campagne qui va dépasser les frontières partisanes, annonce fièrement NKM à la tribune. Ce n'était pas facile. La condition a été le renouvellement et l'unité dès le premier tour." À ses côtés, Marielle de Sarnez, chef de file du Modem, renchérit : "Nous sommes en ordre de marche." "C'est le jour un de l'inversion de la dynamique", sourit Christian Saint-Etienne, de l'UDI.

L'équipe élargie va pourtant devoir se battre contre des adversaires venus de leur propre camp. Dès demain, plusieurs élus de droite et du centre vont annoncer le lancement de "Paris libéré", une liste commune et "alternative" à celle de NKM. C'est Charles Beigbeder, candidat déçu dans le 8e, qui mène la fronde. Une menace, alors qu'Anne Hidalgo reste en tête des intentions de vote, selon les derniers sondages.

"On fait de la place, alors c'est normal qu'il y ait des déçus. Tous ces gens voulaient être sur nos listes, ce ne sont pas des dissidences, coupe NKM. Je le regrette, mais quand on fait le choix du renouvellement, c'est un risque à courir." Les frondeurs ont prévu de réunir la presse mardi. Pile au même moment, la candidate de l'UMP a choisi de présenter son projet "pour mieux respirer à Paris". Une façon d'éviter d'être polluée par les problèmes internes ?

Plus d'articles

Sur le même sujet