NKM-Sarkozy : leur rupture politique en neuf déclarations choc

NKM-Sarkozy : leur rupture politique en neuf déclarations choc

DirectLCI
DIVORCE - Après ses critiques sur la stratégie de Nicolas Sarkozy face au FN, Nathalie Kosciusko-Morizet va être évincée de son poste de numéro 2 des Républicains. Metronews revient, en 9 citations, sur la rupture entre l'ex-Président et son ancienne porte-parole de 2012.

Nicolas Sarkozy et Nathalie Kosciusko-Morizet en pleine rupture. Au lendemain des régionales, le conflit larvé entre les deux responsables Les Républicains a abouti à un divorce en bonne et due forme.

Après les critiques de sa numéro 2 sur la fameuse stratégie du "ni gauche ni FN", NKM a été remerciée lundi et ne devrait plus figurer dans le prochain organigramme du parti de droite. Metronews revient, en neuf déclarations choc, sur cette rupture.

À LIRE AUSSI
>>  Régionales 2015 : pourquoi Nicolas Sarkozy a perdu son pari

>>  Evincée de la direction des Républicains, NKM déclare la guerre à Nicolas Sarkozy
>>  Régionales : tous les résultats des élections

1. "L'objectif de Patrick Buisson était de faire gagner Charles Maurras" (Juin 2012)
Durant la campagne présidentielle, NKM, porte-parole de Nicolas Sarkozy, jugée "trop bobo" par certains cadres du parti, est portée aux nues par son mentor. Pour ce dernier, "Nathalie est la plus intelligente, la plus forte, la plus guerrière de sa génération". Mais c'est sans compter la ligne imposée par son conseiller Patrick Buisson, qui conduira Nicolas Sarkozy à la pêche aux voix du FN avant le second tour de la présidentielle. En juin 2012, NKM tire le bilan de la campagne perdue, et s'en prend ainsi à Patrick Buisson  et invoquant Maurras, figure du nationalisme français. C'est le début du divorce sur la stratégie de la droite : incliner au centre ou bien reprendre les thèmes frontistes.

2. "Je ne suis pas d'accord avec Nicolas Sarkozy, et ce n'est pas la première fois" (Septembre 2014)
NKM se démarque à nouveau de l'ancien président, alors candidat à la présidence de l'UMP. Au meeting de Lambersart , elle affiche publiquement ses désaccords, cette fois sur l'exploration du gaz de schiste, qu'elle juge anti-écologique.

3. "Tu commences à m'emmerder" (Décembre 2014)
Nicolas Sarkozy, élu à la présidence de l'UMP, prépare le nouvel organigramme du parti. Un subtil dosage entre les partisans de la ligne droitière - dont Laurent Wauquiez - et ceux d'une ligne plus modérée, dont NKM. Lors d'une réunion passablement tendue , les deux responsables se déchirent sur la place qui doit être accordée à Guillaume Peltier, que Nathalie Kosciusko-Morizet traite de "fasciste". D'où la réaction d'un Sarkozy passablement énervé. C'est Brice Hortefeux qui ramènera le calme.

4. "Tu devrais manger du porc, ça rend plus aimable" (Mars 2015)
Nicolas Sarkozy vient de reprendre à son compte l'idée de supprimer les alternatives au porc dans les cantines scolaires. NKM sort cette phrase à l'attention du patron de la droite au moment où ils cherchent à s'accorder sur l'organisation de la primaire en vue de l'élection présidentielle. Pour pouvoir être candidate, elle réclame l'abaissement de 25 à 10 du nombre de parrains nécessaires. Réponse narquoise de Sarkozy  : "Pour te faire retrouver le sourire, je t'annonce que j'ai fixé à 70 le nombre de parrains parlementaires nécessaires". Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas vraiment apprécié le ton employé, et lui a rétorqué cette phrase, citée par Le Canard enchaîné.

5. "Cette femme est folle. Elle est détestée dans ce parti" (Juin 2015)
Le Canard enchaîné rapporte encore  cette phrase sans filtre de Nicolas Sarkozy à propos d'elle . Leurs relations se sont brutalement détériorées. Déjà, NKM assure en petit comité : "J'aimerais bien rester numéro 2, mais humainement, je ne sais pas si j'arriverai à tenir le coup. Comme homme politique, Sarko est formidable, mais comme homme tout court, il est pathétique."

6. "On essaye d'exciter autour de ce sujet qui n'existe pas vraiment" (Juillet 2015)
Encore une salve de Nathalie Kosciusko-Morizet   à l'adresse de l'ex-Président . Elle reproche indirectement à ce dernier d'avoir pris part à la pétition "Touche pas à mon église", lancée après des propos du recteur Dalil Boubakeur sur la possibilité d'héberger des mosquées au sein d'églises désaffectées.

7. "Je ne veux pas que l'on fasse campagne en 2017 avec des idées mortes" (Août 2015)
Inquiète de la ligne droitière prise par son parti, NKM prend une nouvelle fois le contre-pied du patron des Républicains . Pour elle, pas question de suivre la voie du FN à l'approche des élections régionales.

8. "Elle veut se présenter à la primaire. Il faut vingt parlementaires, elle n'en a qu'un : elle." (Octobre 2015)
Alors que NKM se positionne pour la primaire de la droite, prévue fin 2016, elle se met en quête de soutiens parlementaires. D'où ce nouveau sarcasme de Nicolas Sarkozy , qui la présente comme totalement isolée.

9. "Si les électeurs avaient appliqué le 'ni ni', nos candidats dans le Nord et en Paca auraient été battus" (Décembre 2015)
Ce n'est pas la salve la plus virulente, mais elle est décisive. En la prononçant, dimanche soir après les résultats du second tour des régionales, NKM s'en prend directement à la stratégie du "ni gauche ni FN". Elle précipite sciemment son éviction de son poste de numéro 2. Et se positionne ainsi comme opposante à Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite.

EN SAVOIR +
>> "Sarkozy a l'attitude de quelqu'un qui a perdu la main"
>> NKM : "La victoire est un trompe-l'oeil"

Sur le même sujet

Lire et commenter