À faire ou à ne pas faire : nos conseils aux candidats pour ne pas tout gâcher au cours de cette dernière semaine de campagne

Élections Européennes 2019

FINISH - Au terme d’une campagne haletante, les 11 candidats à l’élection présidentielle abordent le dernier virage avant le premier tour dimanche prochain. Néanmoins, il leur faut garder la tête froide pour ne pas commettre la boulette qui pourrait compromettre tous leurs efforts. Voici quelques conseils de prudence...

Six jours… Six petits jours nous séparent du premier tour de l’élection présidentielle. Selon les sondages, quatre candidats sont aux portes du second tour. Mais seuls deux y accèderont... Alors pour espérer être l’un des deux-là, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon devront faire attention à leurs moindres faits et gestes pour s’assurer le maximum de suffrages.

Une polémique, tu ne provoqueras pas

C’est une évidence, celui ou celle qui commettra une boulette cette semaine le payera cher dimanche. Du coup, pour s’en prémunir, les candidats doivent éviter les attaques frontales ainsi que les prises de position sur des sujets trop sensibles. Du coup, les prétendants à l’Élysée consacreront probablement leurs forces à expliquer leur projet et à mettre en avant leurs mesures les plus populaires. 

Ta base, tu devras élargir

"S’il ne parle qu’à sa caste, c’est mort". Ce proche d’Emmanuel Macron l’a bien compris. Dans cette dernière semaine, il est crucial de convaincre les électeurs encore indécis. D’autant que cette année, ils sont très nombreux (environ un tiers selon les dernières estimations), à six jours du scrutin, à ne pas avoir déterminé avec certitude quel bulletin ils glisseront dans l’urne dimanche. C’est pourquoi les candidats doivent aussi calibrer leur discours pour cet électorat afin de s’assurer la qualification au second tour. 

Voir aussi

Une dernière promesse, tu feras (ou pas)

Dégainer une belle promesse dans les derniers jours de la campagne peut être un pari audacieux, surtout pour les candidats dont la qualification pour le second tour n’est pas assurée. Néanmoins, trouver LA mesure qui soit suffisamment forte pour interpeller l’opinion sans pour autant être perçue comme démagogique n’est pas une chose facile. C’est d’ailleurs pour cela que le député macroniste Arnaud Leroy invite son candidat, dans Le Parisien, à ne pas céder à "une invention de dernière minute". 

Un coup d’éclat, tu réaliseras

En cette période d’égalité de temps de parole, il est difficile pour les candidats de réellement se distinguer dans les médias. Il leur faut donc s’illustrer sur d’autres terrains pour se faire remarquer. En meeting mardi à Dijon, Jean-Luc Mélenchon espère créer l’évènement grâce à ses hologrammes. Ce procédé qu'il affectionne tant lui permettra d'être présent simultanément dans six autres villes : Clermont-Ferrand, Grenoble, Montpellier, Nancy, Nantes et à Le Port (La Réunion). Quant à François Fillon, lui et ses équipes ont prévu d’organiser simultanément jeudi soir pas moins de 100 réunions publiques dans toute la France. 

Et aussi

Lire et commenter