Notre-Dame-des-Landes : "C’est une défaite pour la biodiversité, pour l’agriculture", selon Yannick Jadot

DirectLCI
INVITÉ - Yannick Jadot, candidat Europe-Ecologie Les Verts à la présidentielle de 2017, est revenu ce mardi sur LCI sur Notre-Dames-des-Landes, dont le démarrage des travaux a été autorisé. "C’est une défaite pour la biodiversité, pour l’agriculture" a-t-il déclaré. Il s'en est aussi pris à Manuel Valls, estimant que sur ce dossier, le Premier ministre n'avait pas une "approche très rationnelle".

Ce lundi matin au micro d'Audrey Crespo-Mara, le candidat à la présidentielle Yannick Jadot est revenu sur la décision de la cour administrative d’appel de Nantes de rejeter les requêtes des opposants contre des arrêtés préfectoraux, autorisant ainsi le début des travaux à l'aéroport de Notre-Dames-des-Landes. "C’est une défaite pour la biodiversité, pour l’agriculture, pour les gens qui se battent en préférant un environnement sain et la nature au béton. La rapporteure publique avait démontré de façon limpide l’illégalité de ce projet au regard du droit de l’environnement. (…) C’est une déception mais ça ne remet absolument pas en cause notre mobilisation pour ce combat car nous pensons qu’il est juste."

Lire aussi

Le candidat, vainqueur de la primaire EELV, a fustigué l'attitude du gouvernement dans ce dossier. "J’entends Madame Royal expliquer tous les matins que c’est une aberration d’aller détruire la biodiversité alors qu’il y a un aéroport qui fonctionne bien. J’entends le président de la République, quand il se confie aux journalistes, dire que cet aéroport ne se fera jamais. C’est surtout un immense pataquès. Il faut en finir avec ce mauvais scénario, ce mauvais film." 


Selon lui le principal coupable est le Premier ministre Manuel Valls. "J’ai l’impression que sur ce dossier-là, Manuel Valls n’a pas une approche très rationnelle, n’a pas une approche de bon sens. Probablement, il se rassure lui-même psychologiquement, (en disant) ‘là je vais mettre de l’ordre. C’est le bazar partout dans mon gouvernement, c’est le bazar sur le chômage, c’est le bazar sur l’Europe, c’est le bazar sur la politique internationale, c’est le bazar à tous les étages, et là je vais en faire un point qui va me rassurer tous les matins quand je vais me lever’."

"Il n'y a pas d'écologie sans écologistes"

Pour lui, la solution à tout cela est de faire confiance à un candidat écologiste. "Il n’y a pas d’écologie sans écologistes, vous le voyez bien sur NDDL, sur la transition énergétique" estime-t-il. "Le pari de cette campagne c’est de faire en sorte que tout ce qui nous préoccupe : la santé, la santé de nos enfants, la protection de la nature, la maltraitance des animaux, le dérèglement climatique, les emplois qu’on peut créer… se transforme en perspective de changement politique."

En vidéo

"Ceux qui veulent s’opposer au projet par la force trouveront la détermination de l’Etat", clame Valls

Lire aussi

Sur le même sujet

Lire et commenter