Orléans : le FN soupçonné d'avoir inscrit deux nonagénaires malgré eux

Orléans : le FN soupçonné d'avoir inscrit deux nonagénaires malgré eux

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - Le préfet du Loiret a saisi la justice "sur la possible absence de consentement d'un candidat" de la liste du Front national à Orléans, a annoncé vendredi la préfecture.

Après les listes du Front national (FN) en Seine-Maritime , celles d'Orléans sont à leur tour pointées du doigt. Le préfet du Loiret a saisi la justice "sur la possible absence de consentement d'un candidat" de la liste du FN dans cette ville, a annoncé la préfecture vendredi.

"A la lecture de la presse, un doute apparaît sur la possible absence de consentement d'un candidat de la liste 'Orléans Bleu Marine' déposée par monsieur Philippe Lecoq sous l'étiquette Front National. Aussi, le préfet vient d'effectuer un signalement auprès du procureur de la République du TGI d'Orléans, conformément à l'article 40 du code de procédure pénale", a annoncé la préfecture du Loiret dans un communiqué.

Selon une information du quotidien local La République du Centre , Georgette Vassort, 90 ans, figurant en 51e place sur la liste du FN, est atteinte de la maladie d'Alzheimer et hospitalisée depuis plusieurs mois. Le mari de la candidate, Bernard Vassort, également âgé de 90 ans, figure aussi, en 53e place, sur la liste "Orléans Bleu Marine", mais a déclaré au journal qu'il "ne voulait pas être candidat".

Sa femme serait "incapable" de prendre cette décision seule

Selon lui, c'est leur fille "qui s'est arrangée avec ça" en leur faisant signer un papier. "Mais je ne savais pas trop pour quoi c'était. J'avais autre chose à penser car ma femme est malade", a-t-il assuré au quotidien. Sa femme serait "incapable" de prendre une telle décision seule, ajoute Bernard Vassort.

Pour le secrétaire départemental du FN, Bernard Chauvet, l'inscription des deux nonagénaires s'est faite en toute légalité. "Sa fille m'a dit que (sa mère) était en bonne santé lorsqu'elle a signé les documents" pour figurer sur la liste, a-t-il indiqué.

Interrogée sur cette information jeudi soir en conférence de presse à l'occasion d'une réunion publique à Orléans, la présidente du FN, Marine Le Pen, a reconnu "un manque de prudence". "Nous ne demandons pas de certificat médical à nos colistiers", a-t-elle argumenté. Avant de faire valoir que les démarches avaient été faites par la fille de la candidate : "Monsieur Lecoq a fait confiance à une jeune femme qui lui a dit 'mes parents veulent s'inscrire sur les listes du FN'".

Philippe Lecoq a de son côté argué, dans les colonnes de La République du Centre, qu'il ignorait que cette dame était malade, précisant ne l'avoir rencontrée "qu'une seule fois chez sa fille pendant quelques minutes et elle semblait tout à fait bien". La tête de liste frontiste a reconnu s'être "surtout attardé sur les 15 premiers de la liste", ajoutant que "pour le reste", il s'était contenté "de prendre des personnes âgées pour la boucler rapidement".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter