PACA : une élue de gauche appelle à voter pour la droite dès le premier tour

PACA : une élue de gauche appelle à voter pour la droite dès le premier tour

DirectLCI
FRONT REPUBLICAIN – Alors que Marion Maréchal-Le Pen est créditée d'une large avance dans les sondages, une élue du groupe PS au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur appelle ouvertement les électeurs à donner leur voix à la droite dès le premier tour.

Alors que les dirigeants socialistes et des Républicains s'interrogent toujours sur la meilleure méthode pour faire barrage à Marion Maréchal-Le Pen, Karima Rezoug, conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d'Azur, a appelé jeudi soir les électeurs socialistes à donner leur voix à la liste de Christian Estrosi, le candidat de la droite, dès le premier tour.

EN SAVOIR + >> Tout savoir sur les régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur

"Au drame national du 13 novembre, n'ajoutons pas une catastrophe politique régionale, aussi mon choix est clair et sans ambiguïté. (…) En tant que femme politique de gauche, je prends mes responsabilités et dès le 1er tour des élections régionales, j’appelle à voter pour la liste qu’il (Renaud Muselier, candidat LR dans les Bouches-du-Rhône) conduit aux côtés de Christian Estrosi et j’invite tous les Républicains à faire de même", affirme-t-elle.

"Il faut réveiller les consciences"

"Pour moi, il y a urgence, cet appel est un acte républicain pour éviter une catastrophe", explique pour justifier son message celle qui siège au sein du groupe PS du conseil régional mais n'est plus membre du parti. "Je pense qu'il faut réveiller les consciences dès le premier tour", poursuit-elle tout en assurant "être et rester une femme de centre-gauche".

Reste à savoir si cet appel suffira à empêcher la victoire du Front national dans la région. A l'heure actuelle, en effet, la droite et la gauche semblent avoir le plus grand mal à définir leur position au second tour : certains appellent au "front républicain" (dans lequel la liste arrivée à la troisième place se désiste), d'autres préfèrent jouer la triangulaire jusqu'au bout, tandis que Manuel Valls a envisagé (avant de se rétracter) une fusion entre les listes de gauche et de droite. Cette absence de choix arrêté profite pour l'instant au Front national : selon un sondage Ispso-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, Marion Maréchal-Le Pen bénéficie d'une confortable avance, avec 41 % des suffrages au second tour, contre 34 % pour la liste LR-UDI-MoDem et 25 % pour celle du PS.

A LIRE AUSSI
>>
En PACA, le Front national creuse l'écart
>>
Marion Maréchal Le Pen veut supprimer les aides au planning familial
>> Retrouvez tout notre dossier consacré aux élections régionales

Sur le même sujet

Lire et commenter