Pape Diouf part "au combat" pour conquérir Marseille

Pape Diouf part "au combat" pour conquérir Marseille

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
OUTSIDER – L'ancien président de l'OM a annoncer sa candidature ce mardi à l'Hôtel de Ville. Homme de gauche, il mènera une liste indépendante. Son programme et son équipe seront dévoilés le 3 mars prochain.

Il a tranché. Après de longues semaines de réflexion , Pape Diouf a finalement décidé de se présenter à la mairie de Marseille, le mois prochain. L'ancien président de l'OM l'a confirmé en conférence de presse, mardi, en fin de matinée. Accueilli telle une star par une nuée de journalistes dans un hôtel de luxe sur la Corniche, le Franco-Sénagalais de 62 ans n'a présenté ni programme ni noms des élus et personnalités de la société civile appelés à composer sa liste de rassemblement.

"J'ai pris la décision de m'engager dans la bataille en raison d'une demande multiple venue d'horizons divers", a-t-il souligné lors de sa conférence de presse. 

Ni de gauche, ni de droite

D'abord "réticent" face à "l'engagement massif" que requiert "ce type de combat", "je n'ai accepté qu'en obtenant des assurances et des garanties, je ne voulais pas que soit accolé le nom d'un parti ou d'un mouvement politique", a déclaré l'ex-président de l'OM, à la stature imposante. "Je veux tourner le dos à toute démarche politique car lorsqu'un lampadaire est en panne, ce n'est ni de gauche ni de droite que d'essayer de le réparer."

Il faudra attendre le 3 mars pour connaître l'équipe et les idées qui seront issues des propositions collectives recueillies d'ici là au cours de réunions publiques organisées dans les huit secteurs de la ville. L'ex-agent de joueur, réputé homme de gauche, mènera une liste "d'ouverture et de rassemblement", composée de personnalités de la société civile - notamment issues du collectif 'Le Sursaut' , particulièrement actif à Marseille - ainsi que de politiques, de gauche, comme de droite, selon les informations révélées par La Provence. Le journal marseillais avance le nom de l'ancien écologiste, cadre du Modem, Jean-Luc Bennahmias.

''Homme providentiel''

Au coude-à-coude dans les sondages , nul doute que Jean-Claude Gaudin et Patrick Mennucci se seraient volontiers passés de la concurrence de l'épouvantail Pape Diouf. Surtout dans le camp socialiste, où le soutien de l'ancien boss de l'OM était secrètement attendu. L'ex-journaliste a même échangé avec Jean-Marc Ayrault en personne sur cette éventualité, à la mi-décembre.

Une proposition finalement rejetée par l'ex-patron de l'OM, qui, après le football, va désormais se frotter au terrain politique, tout aussi piégeux. Premier à réagir à l'annonce de sa candidature, le Front de gauche a déjà lancé les hostilités : ''Nous ne croyons pas à l'homme providentiel'', a ainsi réagi Jean-Marc Coppola, lundi soir, par voie de communiqué.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter