Paris-Saint-Germain : NKM et Hidalgo prêtes à vendre le Parc des Princes

Paris-Saint-Germain : NKM et Hidalgo prêtes à vendre le Parc des Princes

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Interrogées par L'Equipe, les deux candidates Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) ne s'opposent pas au principe d'une vente du Parc des Princes à l'actionnaire du PSG, Qatar Sport Investments. La Ville vient pourtant de passer une convention d'occupation pour trente ans avec le club.

Tout pour les beaux yeux du PSG. Interrogées par le journal L'Equipe de lundi (édition Ile-de-France), les deux candidates aux municipales Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) se disent prêtes à envisager sans complexe la vente du Parc des Princes à l'actionnaire du PSG, Qatar Sport Investments.

"Ce n'est pas du tout un sujet tabou, répond sans ambage Anne Hidalgo. C'est une question qui peut se discuter." Même réponse ouverte chez sa rivale de droite. "Pour moi, justifie NKM, le Parc des Princes est intimement associé au PSG. Donc pourquoi ne pas aller plus loin ?" Pour que la Ville "garde un œil sur le PSG", cette dernière prône simplement le maintien de la subvention municipale à la Fondation PSG.

Droit de regard offert à l'actionnaire

Le scénario de la vente annonce un nouveau chapitre dans la privatisation progressive du Parc. En décembre, le Conseil de Paris a voté une nouvelle convention avec l'actionnaire prévoyant de faire passer la redevance fixe de 450.000 à 1 million d'euros annuels au profit de la municipalité. En échange, la Sese, société contrôlée par Qatar Sports Investments, occupera le site pour 30 ans.

Lors du vote, la droite avait demandé de nouvelles négociations, jugeant que la redevance restait trop faible. D'autant que la municipalité s'est déjà engagée à reverser, en tant que propriétaire, une contribution plafonnée à un million d'euros annuels pour les travaux de gros entretien. Côté travaux, l'actionnaire a prévu d'investir 75 millions d'euros pour la rénovation du stade avant l'Euro 2016. Un montant élevé pour un simple locataire. En décembre, enfin, les élus écologistes s'inquiétaient des nouvelles prérogatives confiées à l'actionnaire. Ce dernier bénéficiera en effet d'un droit de regard sur les aménagements à venir aux alentours du Parc.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter