Participation d'un ministre turc à un meeting à Metz : "J'ai honte pour la France", lâche Dupont-Aignan

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
RELATIONS INTERNATIONALES - Ce dimanche, un meeting électoral pour donner plus de pouvoir au président turc Recep Tayyip Erdoğan se tient à Metz en présence du ministre turc des Affaires étrangères. Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, Nicolas Dupont-Aignan a estimé que s'il avait été président, il l'aurait interdit, comme l'ont fait les Pays-Bas.

Interrogé sur la tenue ce dimanche à Metz d'un meeting électoral en présence du ministre turc des Affaires étrangères, Nicolas Dupont-Aignan a été sévère à l'égard du président de la République et du gouvernement. "J’ai honte pour la France aujourd’hui. J’ai honte que notre gouvernement et notre président de la République laissent organiser un meeting politique pour un apprenti dictateur turc qui méprise les Européens, qui nous menace, et qui traite de nazie madame Merkel", a déclaré le président de "Debout la France" dans le Grand Jury sur LCI-RTL-Le Figaro.

C’est la longue suite d’une politique de démission nationaleNicolas Dupont-Aignan

"Que la France se couche ainsi, c’est pitoyable. C’est la longue suite d’une politique de démission nationale. Et vivement que monsieur Hollande s’en aille", a-t-il ajouté. A la question de savoir s'il fallait rompre les relations diplomatiques avec la Turquie, il a déclaré : "Non, il faut simplement se faire respecter. Moi, je demande que la France se fasse respecter. Quand un pays ne se fait plus respecter, quand il accepte que sur son sol, on fasse n’importe quoi, eh bien ça veut dire qu’il n’est plus respectable. Et là, ce sont les autorités françaises qui ne sont plus respectables."

En vidéo

Nicolas Dupont-Aignan : "Je suis le seul qui pourra battre Macron", il est "le vrai danger"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections présidentielles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter