Partie de campagne, épisode 28 : ce qu'il s'est passé dans le monde politique cette semaine

DERNIÈRE LIGNE DROITE - À 35 jours du scrutin, les choses s'accélèrent ! La semaine politique qui vient de s'écouler a donc été riche. Avec l'épisode 28 de Partie de campagne, le JT de TF1 vous propose de retrouver le résumé de ce qu'il ne fallait pas manquer ces derniers jours.

Partie de campagne 28 Sourires forcés entre François Fillon et ses alliés centristes. Ils ont fini par signer un accord. Les centristes de l’UDI qui réclamaient un changement de candidat il y a quelques jours ont finalement signé avec François Fillon devant les flashs avec des sourires de circonstance.

 

Maintenant que sont connus les onze candidats à la présidentielle, une page semble s’être tournée au sommet de l’Etat. Le porte-parole du gouvernement se lamente du peu d’intérêt que suscite désormais le compte rendu du conseil des ministres et le président de la République commence à s’immiscer dans la campagne en ironisant sur le fait que personne ne défende son bilan. La semaine fut aussi marquée par la compétition à gauche avec les impressionnantes démonstrations de force de Benoit Hamon à Bercy et de Jean-Luc Mélenchon qui a fait résonner son "dégagez les" sur la place de la République à Paris. François Fillon, désormais mis en examen, se voit reprocher de s’être fait offrir des costumes, et continue de galvaniser ses salles de meeting en déclamant sa fierté d’être Français et son attachement aux valeurs traditionnelles. 

Emmanuel Macron en terres FN

Marine le Pen n’a pas pu surfer comme espéré sur un succès de son "ami" Geert Wilders aux élections aux Pays-Bas. Le candidat d’extrême droite n’est finalement pas arrivé en tête du scrutin. Samedi, en meeting à Metz, elle a tenu à s’adresser aux frontaliers en promettant de ne pas « fermer » les frontières mais plutôt de les "filtrer".


Emmanuel Macron semble l’avoir désignée comme sa principale adversaire. Il déambulait cette semaine avec son nouvel allié du Modem François Bayrou dans une ville tenue par le Front National et il a passé la semaine à parler sécurité, justice et défense en promettant en particulier un service national d’un mois à tous les jeunes hommes et femmes du pays.

 

Et pour finir, le tout premier meeting haut en couleurs de François Asselineau.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter