Penelope Fillon accusée par "Le Canard Enchaîné" d'avoir bénéficié d'un emploi fictif à l'Assemblée

DROITE - Le "Canard Enchaîné" daté du mercredi 25 janvier assure que Penelope Fillon a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou de son suppléant, pour un total d'environ 500.000 euros. Elle aurait également été salariée de la "Revue des deux mondes" pendant plus d'un an. A chaque fois, ses "collègues" disent ne jamais avoir travaillé avec elle. L'entourage du candidat a confirmé à LCI qu'elle avait été la collaboratrice de son mari et avait bien travaillé pour la Revue des deux mondes, mais qu'elle avait œuvré "dans l'ombre".

C'est une information potentiellement explosive pour François Fillon. Le Canard Enchaîné révèle dans son numéro daté du mercredi 25 janvier que sa femme, Penelope Fillon, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou de son suppléant, pour un total d'environ 500.000 euros brut. "De 1998 à 2002 (Penelope) se retrouve embauchée, sur le papier, en tant que 'collaborateur de député'", lit-on dans le Canard. Le député en question est celui de la Sarthe, François Fillon. Elle aurait touché entre 3.900 et 4.600 euros brut mensuels pour ce "travail", qui ressemble plutôt à un emploi fictif. Penelope Fillon aurait été payée grâce à l'enveloppe de 9.561 euros mensuels dont disposent les parlementaires pour rémunérer jusqu'à cinq collaborateurs à temps partiel.

"Je n'ai jamais travaillé avec elle"

En 2002, François Fillon est nommé ministre des Affaires sociales et est remplacé à l'Assemblée par Marc Joulaud. Ce dernier aurait alors pris le relais pour employer Penelope Fillon. Cette fois-ci, cette dernière aurait touché 6.900 euros brut mensuels. La femme du candidat à l'élection présidentielle atteindra même les 7.900 euros brut en 2006 selon le Canard. Jeanne Robinson-Behre, véritable assistante parlementaire de Marc Joulaud, explique à l'hebdomadaire n'avoir aucun souvenir de sa "collègue". "Je n'ai jamais travaillé avec elle, je n'ai pas d'info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre."


En mai 2012, François Fillon quitte Matignon. Il devient député de Paris en juin et l'histoire se serait alors répétée pendant au moins six mois. Au total, selon Le Canard Enchaîné, sa femme aura touché environ 500.000 euros brut sur les caisses parlementaires.

5.000 euros par mois pour "deux ou trois notes de lecture" à La Revue des deux mondes

Mais ce n'est pas tout. Toujours selon le journal, Penelope Fillon a bénéficié d'un autre "emploi" plutôt très bien rémunéré à La Revue des deux mondes, dont le propriétaire Marc Ladreit de Lacharrière est un ami de François Fillon. Recrutée en tant que "conseillère littéraire", elle aurait touché 5.000 euros brut par mois du 2 mai 2012 au mois de décembre 2013. Interrogé sur son ex-collaboratrice, l'ancien directeur Michel Crépu se dit "sidéré". Selon lui l'épouse du député a bien "signé deux ou peut-être trois notes de lecture", "mais à aucun moment (...) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire". "Je n'ai jamais rencontré Penelope Fillon et je ne l'ai jamais vue dans les bureaux de la revue", a-t-il affirmé.  

L'entourage de François Fillon s'explique

L'entourage de François Fillon s'est expliqué en début de soirée à propos de ces révélations auprès de LCI. "Oui, Mme Fillon a été la collaboratrice de François Fillon, oui, elle a travaillé pour la Revue des deux mondes et oui c'est fréquent que les conjoints des parlementaires soient leur collaborateur, à gauche comme à droite." Pour justifier son emploi à la revue littéraire, on nous explique que "Mme Fillon a fait des études de droit et littérature". Quant au fait qu'aucun de ses collègues n'ait de souvenir d'elle, les proches de François Fillon répliquent : "Elle a toujours travaillé, dans l'ombre car ce n'est pas son style de se mettre en avant." Avant d'ajouter : "À propos de la Revue des deux mondes, M. Crépu est mal renseigné".

En vidéo

Penelope Fillon : "J'ai senti le besoin de m'impliquer"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Sur le même sujet

Lire et commenter