Petite commune recherche maire désespérément

Petite commune recherche maire désespérément

DirectLCI
REPORTAGE - A Ouvrouer-les-Champs, dans le Loiret, le maire a tiré la sonnette d'alarme en constatant qu'il n' y avait aucun candidat à sa succession pour les municipales de mars. Il organisait lundi soir une réunion publique pour tenter de susciter des vocations. Metronews s'est rendu sur place.

"Usure, vieillesse, enfants, envie de faire autre chose... Quand j'ai fait un tour de table au conseil municipal, personne ne voulait rempiler !" Lui-même contraint de ne pas se représenter en mars pour des raisons de santé, le maire d'Ouvrouer-les-Champs, près d'Orléans, a décidé de "prendre le taureau par les cornes". Pour éviter que son village de 589 âmes ne passe sous tutelle de la préfecture, la règle lorsqu'il n'y a aucun candidat dans une commune de 1000 habitants, André Galhac a envoyé au mois de janvier un courrier alarmiste à ses administrés : si personne ne postule, "il n’y aura plus d’initiative communale et nous devrons subir les directives et la gestion de l’État (arrêt des projets, augmentation des impôts, de l’eau, etc.)?!"

"C'est formidable cet élan citoyen"

Un mois et demi plus tard, la menace et une seconde lettre invitant à "une réunion d'information" ont fait leur effet. Ce soir de fin février, ils sont plus de 70 - près d'un électeur sur quatre ! - à prendre place sous les néons blafards de la petite salle des fêtes. Parmi eux un jeune couple inquiet, Aline et Nicolas. "On est venu voir ce qui risque de se passer. Ici, il y a juste une école et on ne veut pas voir disparaître le peu de services qu'il nous reste". Quelques minutes plus tard, ils sont déjà rassurés. Ces derniers jours, explique en effet le maire à son auditoire attentif, douze candidats potentiels, dont finalement un membre de l'ancienne équipe, lui ont fait part de le leur envie de s'engager. Seuls trois manquent donc désormais pour former un conseil municipal complet (le maire ne sera désigné qu'ensuite). Avis aux amateurs. Tout le monde peut postuler, presse André Galhac, le septuagénaire soulignant toutefois, en souriant, une "bizarrerie" du Code électoral : si deux époux ont le droit de figurer sur la même liste, "trois frères ne le peuvent pas".

"Quel est l'emploi du temps d'un conseiller municipal ?", "Existe-t-il une formation ?"... Et la question qui tue : "Si c'est si intéressant, pourquoi personne ne voulait se représenter ?" Face aux nombreuses interrogations, André Galhac et ses adjoints parlent de leur "expérience enrichissante", de son "côté humain" et de l'importance de gérer fleurissement de la commune ou entretien des rivières. Sans rien cacher de la charge de travail. Visiblement, le discours fait mouche. "C'est formidable cet élan citoyen", s'enthousiasme en fin de la réunion Laurent, 36 ans, après avoir rempli sa déclaration de candidature. Une vingtaine d'autres dossiers sont sur la table. Il y aura finalement une vraie campagne à Ourvouer-Les-Champs. Et un maire pour les six prochaines années.

Lire et commenter