Philippe Poutou au salon VIP d'Air France ? L'intox qui voudrait faire passer le candidat pour un social-traître

POUTOU PREND L'AVION - Plusieurs twittos de droite ainsi que le site RT en France ont dénoncé la présence de Philippe Poutou "dans un salon VIP d'Air France", à l'aéroport d'Orly, sous-entendant que le candidat du NPA aurait attrapé des goûts de luxe. En réalité, Philippe Poutou a eu accès à un salon voyageurs en raison de sa carte de fidélité... et des obligations d'Air France à l'endroit des candidats à la présidentielle.

Mise à jour mardi 18 avril : L'auteur de ce cliché de Philippe Poutou au salon Air France s'est manifesté à nous après la publication de l'article. Il nous confirme avoir pris la photo le 12 avril dernier dans l'après-midi, avant de la poster sur Facebook. A l'heure actuelle, son post recense plus de 23.000 partages. Soutien de François Fillon, il souhaitait dénoncer "la différence de traitement par les médias des candidats en fontion de leur comportement". Et "regrette le décalage entre le discours et les actes de monsieur Poutou".


Philippe Poutou ne voyage plus incognito. Jeudi 13 avril, une photo a commencé à circuler sur les réseaux sociaux. On y entrevoit Philippe Poutou, candidat du NPA à l'élection présidentielle, assis dans un salon de voyageurs. Les multiples comptes qui partagent le cliché s'étonnent en légende : "Tiens, qui vois-je au salon VIP Air France à Orly réservé à la clientèle business ? Celui qui dénonce ce système et les privilèges." 


Une image qui n'a pas manqué de susciter les railleries de nombreux twittos classés à droite - dont certains se décrivent comme "patriotes de droite" et "eurosceptiques" - trop heureux de pouvoir dénoncer un "révolutionnaire caviar" et "les privilèges de patrons" accordés à celui qui n'a "pas d'immunité ouvrière."

Les tweets ont été repérés par le très influent média pro-russe RT France, qui s'est fendu en début d'après-midi, ce vendredi, d'un article intitulé "Philippe Poutou repéré au salon VIP d'Orly, des internautes outrés". Lequel a poussé l'entourage du candidat, dans la foulée, à sortir de son silence. Sur Twitter, Julien Salingue, membre de l'équipe de campagne de Philippe Poutou, a tenu à préciser : "Ce salon n'est ni VIP, ni 'réservé à la clientèle business'".

Carte Flying Blue et obligations d'AirFrance

Contacté par LCI dans le cadre du projet CrossCheck, Julien Salingue nous en dit davantage. Et justifie la présence du candidat Poutou dans le salon Air France de l'aéroport d'Orly : "C'est n'importe quoi, ce n'est pas un salon VIP. Il y a deux choses : c'est un lieu qui est accessible gratuitement aux gens qui ont la carte 'flying blue' d'AirFrance, ce qui est le cas de Philippe Poutou qui se déplace beaucoup entre Paris et Bordeaux en raison de son rôle de porte-parole, et plus récemment dans la campagne. Il me semble qu'il cumule à présent près de 32 meetings..." Un premier argument facilement vérifiable sur le site d'AirFrance, qui détaille "l'accès aux salons pour les plus fidèles clients, membre de la Flying blue." 


"D'autre part, ajoute Julien Salingue, Air France doit mettre à disposition ses salons aux candidats à la présidentielle pour des raisons de sécurité." Des obligations de la part d'Air France vis-à-vis des candidats ? Là aussi, nous avons voulu vérifier cette affirmation. Sollicité ce vendredi, un porte-parole de la compagnie aérienne nous confirme qu'en effet, "il y a bien pour les candidats qui le demandent la possibilité d'accéder au salon à Orly". "Une démarche gratuite dans le but de faciliter leurs déplacements", ajoute-t-il.

Le but ? "Dire que Poutou ne serait pas un vrai ouvrier"

Il apparaît donc clairement que Philippe Poutou n'a pas déboursé le tarif d'entrée aux salons - "entre 35 et 50 euros selon l'horaire" - comme pourraient le laisser entendre les tweets sur le sujet. Et Julien Salingue de constater : "Bref, des gens à droite et à droite de la droite ont voulu démasquer Philippe Poutou pour dire qu'il ne serait pas un vrai ouvrier." Une attaque déjà utilisée par le directeur de campagne de Marine Le Pen, début avril. Invité de BourdinDirect, David Rachline avait en effet estimé "que monsieur Poutou" n'avait "pas vu un ouvrier depuis longtemps" en raison de son activité militante.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La chasse aux intox

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter