"Hirsute", "héros populaire" : Philippe Poutou superstar... jusqu'aux États-Unis

SUCCESS STORY - Dans un article consacré au candidat du NPA, le célèbre "New York Times" décrit Philippe Poutou comme le "candidat-mécanicien", "hirsute et dégarni" qui a fait "éclater la bulle dans laquelle vit l'élite politique française". Il y a deux jours, le "Guardian", renommé quotidien d'outre-Manche, lui consacrait un autre portrait.

Pour les commentateurs anglo-saxons, qui scrutent de près la campagne présidentielle française, Philippe Poutou a mis le doigt là où ça fait mal lors du débat qui opposait les 11 prétendants à l'Élysée, mardi. Ce vendredi, le New York Times, l'un des plus célèbres quotidiens américains, a consacré un portrait élogieux au candidat du Nouveau parti anticapitaliste.


Dans ce long article, le journal qualifie Philippe Poutou de "candidat-mécanicien" qui "explose la bulle de l'élite politique française". Et ce n'est pas tout. Même si le journaliste estime que le candidat du NPA n'a "aucun espoir" de gagner, il écrit que Philippe Poutou est "devenu une sorte de héros populaire, exprimant sans fard ce que beaucoup de Français pensent : que la classe politique, enfermée dans ses privilèges, est manifestement corrompue".

Pour cela, le "mécanicien de l'usine Ford de Bordeaux, hirsute et dégarni"  a dû passer outre les "sourires condescendants" des deux présentatrices du débat, poursuit l'article. "Il est arrivé comme un missile Scud", attaquant essentiellement Marine Le Pen, dont le New York Times estime qu'elle a une "place garantie" face à "l'autre finaliste probable, Emmanuel Macron", et François Fillon. Pour ce dernier, le New York Times est allé jusqu'à reprendre l'article de... La République des Pyrénées, le quotidien régional , qui écrivait que le "diable" Poutou avait bondi pour "attaquer Fillon".


Le journal américain a passé un coup de fil à l'intéressé, qui s'est dit "surpris" par sa nouvelle célébrité. "Nous nous rendons compte que ça a touché beaucoup de gens", poursuit Philippe Poutou. "C'est ce qu'ils pensent, mais ces choses-là ne sont jamais dites à la face des politiciens."

En vidéo

Président des internets, épisode 8

Deux jours plus tôt, le non moins célèbre Guardian, équivalent britannique du New York Times, y allait aussi de son portrait du candidat Poutou. "L'ouvrier d'usine émerge comme la star du débat télévisé", titrait alors le quotidien d'outre-Manche. Sans oublier de préciser de préciser que "poutou" signifie "little kiss" (petit bisou) dans la langue de Shakespeare...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Présidentielle : le Grand débat

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter