Polémique sur la théorie du genre : pour ce candidat à la primaire de droite, "le pape est dans son rôle"

DirectLCI
SOUTIEN - Lundi soir dans "24 Heures en questions" sur LCI, Jean-Frédéric Poisson, candidat chrétien-démocrate à la primaire de la droite et du centre, a défendu les propos du pape sur la "théorie du genre". Il a cependant reconnu qu'elle n'était pas enseignée dans les manuels scolaires français.

Le pape François compte au moins deux avocats dans la classe politique française après la polémique qu'il a suscitée dimanche. Le souverain pontife, qui s'inquiétait de l'enseignement supposé de la "théorie du genre" dans les manuels scolaires français, a d'abord reçu lundi le soutien de François Fillon, candidat à la primaire à droite soutenu par les opposants au mariage homosexuel. L'ancien Premier ministre s'en est pris à la ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, pour sa réponse musclée au pape.

Très logiquement, c'est le candidat du Parti chrétien-démocrate (PCD, dirigé auparavant par Christine Boutin) à la primaire qui lui a emboité le pas, lundi soir dans "24 Heures en questions", sur LCI. Interrogé sur la sortie du pape à propos des manuels scolaires, Jean-Frédéric Poisson a estimé que François est "dans son rôle de chef de l'Eglise" en intervenant dans le débat public français. "Les mêmes qui le critiquent trouvent que c'est très bien lorsque le pape se préoccupe des migrants", a relevé le député des Yvelines, proche de la Manif pour tous

Pas dans les manuels, mais...

"Heureusement, le pape n'a pas besoin de Najat Vallaud-Belkacem pour penser", a renchéri le candidat à la primaire, tout en reconnaissant que la théorie du genre n'est pas enseignée actuellement dans les manuels scolaires validés par l'Education nationale. 


Pour le député, le message du pape est justifié par un simple risque de voir cette "théorie" s'installer dans l'Education. Quand bien même la ministre affirme ne pas porter la fameuse théorie du genre, il assure qu'elle "fait partie de son univers intellectuel". "Il est dangereux de faire miroiter aux enfants dans leur classe que la nature ne fait pas bien les choses, que l'on peut changer tout, et qu'il n'y a pas de limite à la volonté de l'être humain". Ce simple "danger", estime le candidat chrétien-démocrate, "suffit" à justifier "l'admonestation du pape sur le sujet".  

VIDÉO - La "colonisation idéologique" du "genre" : les propos du pape

En vidéo

Le pape reproche aux manuels scolaires français une "colonisation idéologique" du "genre"

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter