Pour François Fillon, la gauche "porte une grande part de responsabilité" dans la hausse de la pauvreté

RIPOSTE - Le candidat de la droite à la présidentielle a fait sa rentrée politique mardi matin avec un déplacement dans les locaux de l'association Emmaüs sur le thème de la pauvreté. Une façon de mettre en valeur sa fibre sociale face aux attaques de la gauche et du FN.

Présenté par le FN comme "le candidat des banques", visé par la gauche pour la "brutalité" de son programme, François Fillon a décider d'employer sa rentrée politique à répliquer sur ce terrain. 


En déplacement dans les locaux de l'association Emmaüs, dans le XIXe arrondissement de Paris, mardi matin, le candidat LR à la présidentielle a fait ressurgir sa fibre de "gaulliste social" pour manifester son intérêt pour le sujet de la "grande pauvreté". "Avec 6 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres, on ne peut pas parler d'un modèle social qui fonctionne et camper une position conservatrice", a tancé l'ancien Premier ministre à l'adresse de ses adversaires. 

Le libéralisme, "c'est la redistribution"

Visant l'action de François Hollande en matière d'emploi et de formation, il a également estimé qu'on lutte contre la pauvreté "en réduisant le chômage, pas en mettant les gens en stage". Poursuivant, François Fillon n'a pas hésité à imputer à la gauche une part de responsabilité dans la hausse des inégalités.

La gauche porte, avec la droite d'ailleurs, une grande part de responsabilité dans l'augmentation de la pauvreté [...] Elle ferait mieux de s'interroger sur cette responsabilitéFrançois Fillon

Interrogé sur cette fibre retrouvée de "gaulliste social", François Fillon a rappelé que "De Gaulle était d'abord un libéral. Je sais que la gauche a essayé d'en faire un socialiste..." Avant d'aboutir à cette synthèse : "Le libéralisme, il doit aboutir à la redistribution des richesses". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Lire et commenter