Pour gagner à Nantes, l'UMP Laurence Garnier mise sur l'économie

Pour gagner à Nantes, l'UMP Laurence Garnier mise sur l'économie

DirectLCI
MUNICIPALES - Avec 24, 15% au premier tour des élections municipales, et une réserve de voix de l’ordre de 12% (hors FN), la candidate de droite entend proposer des mesures "répondant aux attentes des Nantais" pour convaincre les abstentionnistes, contre la "tambouille électorale de la gauche".

L’emploi et le développement économique. C'est sur ces deux thématiques que Laurence Garnier, candidate UMP, a voulu "concentrer son énergie" entre les deux tours d es municipales. "Notre priorité est la création d’emplois. Notre enjeu est de hisser Nantes à la hauteur des grandes capitales européennes", a-t-elle indiqué mercredi.

Ses objectifs sont claires : la création d’entreprises, le développement du petit commerce et de l'artisanat et le développement de la recherche via l'Institut Jules-Verne… Ce sont sur les sujets économiques que Laurence Garnier veut faire la différence avec sa concurrente de gauche, Johanna Rolland. "Hormis des emplois d’avenir, une mesure sociale qui ne crée pas d’emploi, la candidate socialiste ne propose rien", indique Laurence Garnier. 

"Notre-Dame-des-Landes est indispensable"

Une opinion renforcée par l’ accord PS-EELV annoncé mardi par Johanna Rolland et Pascale Chiron . "C’est une tambouille électorale", estime Laurence Garnier. "Cet accord n’a été fait que pour tenter de conserver des postes, en repoussant les arbitrages sur des points clés du développement économique, comme l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Ce projet, qui va créer 2 500 emplois directs, est pourtant indispensable pour le grand Ouest."

Avec ces "priorités", la candidate de droite, qui a recueilli 24, 15 % des votes au premier tour , espère rassembler, dimanche prochain. Et convaincre les abstentionnistes. Car au vu des résultats, ses réserves de voix sont de l’ordre de 12 % (hors FN), face à une gauche qui avoisine les 56 %. Mais Laurence Garnier affiche sa confiance : "La cuisine électorale que fait la gauche participe au désintérêt des Nantais. Nous, nous intéressons à leurs réels problèmes : l’économie et la fiscalité."

> Meeting final de Laurence Garnier demain jeudi, à 20 heures à la salle Nantes-Erdre, 251, route de la Beaujoire, Nantes. En présence de Joël Guerriau, sénateur-maire UDI de Saint-Sébastien-sur-Loire.

Plus d'articles